Archives de catégorie : Connaissance et enrichissement des collections

En bref : focus sur Le Corbusier (1887-1965)

Etude de femmes, Le Corbusier, 1934. Plume, encre noire et pastel sur papier. Inv. 55636 - © Les Arts Décoratifs

Isolés au sein de corpus organiques, figurent des unica que l’inventaire général fait surgir. Ainsi, deux dessins de Le Corbusier : une étude de figures féminines stylisées (1934) ou encore un projet pour un service de table (1961).

Etude de décor pour un service de table, Le Corbusier, 1961. Encre noire sur papier calque. Inv. 40041.A.2 - © Les Arts Décoratifs

Intérieurs de Jean-Maurice Rothschild (1902-1998)

Salle à manger, Jean-Maurice Rothschild, 1926. Gouache, crayon noir et rehauts de blanc sur papier. Inv. 50082 - © Les Arts Décoratifs

Parmi les corpus graphiques du XXe siècle mis à jour dans les collections du Cabinet des dessins du musée des Arts décoratifs : une quarantaine de dessins de décors d’intérieur du décorateur français Jean-Maurice Rothschild (1902-1998). Élève de l’École Boulle, il débute sa carrière chez l’influent Jacques-Emile Ruhlmann, à la veine classique. En 1925 il expose à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, où ses formes élégantes, épurées, au luxe feutré et racé, séduisent. Comme Arbus, Ruhlmann ou Adnet, J.-M. Rothschild travaille à l’aménagement des grands paquebots lancés dans les années 1930-1950. Ainsi, le mobilier réalisé pour le Normandie compose une étape marquante de sa carrière. La majeure partie du corpus – riche de projets de salons, de chambres à coucher ou de pièces de mobilier –  rend compte de l’identité stylistique de J.-M. Rothschild, et de la multiplicité des projets aux formes raffinées et aux intelligents contrastes chromatiques auxquels il apporta son savoir-faire. Sollicité par des milieux éclectiques, il collabore à des chantiers pluriels, de la chambre de l’ambassadrice à l’Ambassade de France à Londres au décor de la boîte de nuit «Miami » à Paris, en passant par la décoration intérieure de l’Hôtel de Ville de Cachan. A l’écart de ces ensembles, cinq études de panneaux décoratifs, bucoliques et légères, laissent parler une sensibilité différente chez Rothschild, mais toujours empreinte de caractère.

Chambre à coucher, Jean-Maurice Rothschild, 1935. Crayon, aquarelle et gouache sur papier. Inv. 50103 - © Les Arts Décoratifs

Pauline JUPPIN

Le Cabinet des dessins : protohistoire d’un catalogue sommaire des œuvres

© Les Arts Décoratifs

On le sait, sans outil général de connaissances identifiant les œuvres et retraçant leur traçabilité en longue durée, pas de travail critique sur les collections. C’est pourquoi, le premier chantier collectif mené au département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs consiste en l’établissement d’un panorama des unicas et corpus composant le substrat esthétique du Cabinet des Dessins qui, s’il surgit dans les organigrammes en 1974, inscrit ses collections premières au tournant des années 1880.
L’entreprise d’inventaire critique, calée, dans un premier mouvement, sur un plan triennal (2011-2014), consiste en l’informatisation du fichier ancien des œuvres dit « fichier de 1880 ». L’année 2011 fut consacrée à ce travail de « reprise », nécessaire pour disposer d’une cartographie virtuelle de la collection. Sur cette base, s’initie, depuis septembre 2011, l’inventaire topographique et photographique des collections consistant en une vérification historique des attributions [et/ou propositions d’attribution] autant qu’à une identification précise des techniques des œuvres. Ce travail croise, en diagonale, l’établissement d’un catalogue numérique pour des corpus d’exception : à preuve, prévue pour 2012, la numérisation des albums d’Antony Berrus, grand dessinateur textile du milieu du XIXe siècle (soit près de 10 000 œuvres graphiques) ou les quelque 800 dessins des frères Guillaume et Jean-Michel Grohé, ébénistes actifs à Paris entre 1827 et 1884 qui fondent en 1847 la maison du même nom.

Agnès CALLU

Redécouvrir Décorchemont (1880-1971) : panorama d’un fonds

Une importante production de dessins préparatoires du verrier et céramiste François Décorchemont (1880-1971), figure artistique emblématique des arts du feu au XXe siècle, est conservée au Cabinet des dessins du musée des Arts décoratifs. Passé maître dans le travail de la pâte de verre, l’artiste a su tirer parti des spécificités de la matière (transparence, luminosité, malléabilité) pour concevoir un style formel d’une grande finesse, servi par un emploi virtuose de la couleur. L’ensemble de dessins conservé au musée, constitué de croquis de verrerie et d’études de vitraux, rend compte de l’ensemble de son activité, de ses premières esquisses d’adolescent, dans les années 1890, à la fin de sa carrière. Il complète le fonds d’archives détenu au Centre du Verre du musée des Arts décoratifs, que Véronique Ayroles a largement valorisé dans sa monographie sur l’artiste (François Décorchemont, maître de la pâte de verre, Paris, 2006). Tout juste sorti de l’enfance, le jeune François Décorchemont révèle, dans des études florales, un talent artistique certain. Cette tendance s’affirme à l’École des arts décoratifs de Paris (de 1895 à 1900) : là, la finesse du trait et le goût sûr des couleurs transparaissent déjà.

Etude de fleurs, François Décorchemont, 1892, gouache sur papier. Inv. 57205.2 - © Les Arts Décoratifs

C’est à la fin de cet enseignement que Décorchemont s’oriente vers la céramique, puis la verrerie. Les dizaines d’études de vases conservées, souvent réalisées au crayon ou à l’encre sur des pages de carnet, apportent un éclairage délicat et intimiste sur sa recherche des formes « à vif ». Datées des années 1910-1920, elles expriment l’évolution du style du verrier, des motifs  naturalistes de l’Art nouveau aux lignes plus sobres et « robustes » de l’Art déco.

Etude de verrerie, François Décorchemont, 1920-25, crayon sur papier. Inv. 57214.42 - © Les Arts Décoratifs

Si, jusqu’aux années 1930, ses réalisations de verrerie (vases, pots, coupes…) lui assurent une renommée internationale et constituent l’essentiel de son œuvre, Décorchemont déporte ensuite son savoir-faire vers une nouvelle sphère, celle du vitrail où, toujours en prestidigitateur de la lumière, il met sa technique au service d’une approche davantage structurelle. A l’exception de quelques commandes civiles (par exemple le décor de l’Hôtel de ville de Vernon), l’iconographie religieuse domine la seconde partie de sa carrière. Esquisses de saints, d’anges et de figures auréolées, projets polychromes de vitraux pour de nombreuses églises de l’Eure (Conches, Etrépagny, Beuzeville…), terre natale de Décorchemont, ou pour l’église Sainte-Odile à Paris, traduisent cette fois la religiosité de l’artiste et l’attachement à ses racines.

Projet de vitrail, François Décorchemont, 1955. Gouache sur papier. Inv. 57249.10 - © Les Arts Décoratifs

 

Pauline JUPPIN