Archives par étiquette : David David-Weill

Accrochage – Eugène Lami (1800-1890), dessinateur de la « vie élégante »

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 4 – Couloir XIXe
 
3 avril 2013 – 10 juin 2013
 

Henri Béraldi décrivait Eugène Lami (1800-1890) comme « l’artiste épris de modernité et d’élégance, peintre de la vie contemporaine, qui a su voir (c’est remarquable !) un XIXe siècle aristocratique, et même chatoyant ; un XIXe siècle de fashion, de sport, de chasse, de fêtes, de revues et de galas ». Formé à la peinture avec Horace Vernet, poursuivant son apprentissage auprès du Baron Gros et au contact de Géricault, il apprend encore l’art et la technique d’un Richard Parkes Bonington. Peintre officiel de Louis-Philippe à partir de 1832, Lami devient un proche des enfants du roi. C’est tout naturellement qu’il se voit confier la décoration des appartements du duc d’Orléans, du duc de Nemours ou encore du duc d’Aumale. A l’origine talentueux lithographe, il devient un virtuose de l’aquarelle (il est à la source, on s’en souvient, de la Société des aquarellistes français). Ses dessins de projets de décoration intérieure (aboutis ou plus féériques encore quand, in progress, ils surgissent en aplats de couleur) assurent sa renommée. Son nom, singulièrement, est attaché à celui de James de Rothschild, pour qui il imagine le chatoiement lavé de décors et ornements du château de Ferrières ou de celui de Boulogne. Là, ses qualités de coloriste, toujours, soulèvent l’enthousiasme des critiques contemporains.

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890) France, [vers 1852-1870] Crayon et aquarelle Achat du musée, 1890 Inv. CD 5732.8 © Les Arts Décoratifs

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890). France, [vers 1852-1870]. Crayon et aquarelle. Achat du musée, 1890. Inv. CD 5732.8 © Les Arts Décoratifs

Le département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs invite à redécouvrir ce « poète du dandysme officiel », salué par Baudelaire, en présentant une vingtaine de dessins d’exception –achetés et donnés entre 1890 et 1967, la générosité de David David-Weill, une nouvelle fois, se manifeste en 1936 – récemment restaurés grâce au mécénat de la Fondation de France.

Agnès Callu

 

Projet pour les appartements de réception du duc de Nemours aux Tuileries Eugène Lami (1800-1890) France, [vers 1844] Crayon et aquarelle Don David-Weill, 1936 Inv. 32458.A © Les Arts Décoratifs

Projet pour les appartements de réception du duc de Nemours aux Tuileries. Eugène Lami (1800-1890), France, [vers 1844]. Crayon et aquarelle. Don David-Weill, 1936. Inv. 32458.A © Les Arts Décoratifs

 

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890) France, [vers 1852-1870] Crayon, encre brune et aquarelle Achat du musée, 1890 Inv. CD 5732.3 © Les Arts Décoratifs

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890). France, [vers 1852-1870]. Crayon, encre brune et aquarelle. Achat du musée, 1890. Inv. CD 5732.3 © Les Arts Décoratifs

Accrochage Jean-Charles Delafosse (1734-c.1790) et ses allégories

Musée des Arts décoratifs

107 rue de Rivoli – 75001 Paris

D’août à novembre 2011

 

 

Né en 1734 et mort en 1789 ou en 1791, l’ornemaniste Jean-Charles Delafosse s’impose, dans l’esprit public, comme « l’homme des allégories ». Il publie en 1768 sa Nouvelle iconologie historique, ou Attributs hiéroglyphiques qui ont pour objets les quatre éléments, les quatre saisons, les quatre parties du monde et les différentes complexions de l’homme. Un peu avant ou immédiatement après, de fait sur une séquence chronologique à inscrire entre 1765 et 1780, il propose de « représenter le monde » autour du triptyque Allégories – Hiéroglyphes – Emblèmes.

La Vertu, Jean-Charles Delafosse, XVIIIe siècle - don David-Weill © Les Arts Décoratifs

Le Vice et la Vertu, exaltés au format de figures, tour à tour séduisantes ou inquiétantes, sont représentés selon les codes de la tradition mais, parfois, faisant un pas de côté, ils la bousculent lorsqu’ils inventent un langage iconique qui se fait fantasmatique mais aussi, idéologique, politique, voire caricatural. La force symbolique de l’allégorie – « le dernier mot de la pensée, de la littérature et de l’art des Lumières ? » – chez Delafosse surgit dans les treize aquarelles ici présentées, elles-même constitutives du corpus des trente-six allégories données par le mécène, grand amateur de dessins, David David-Weill (1871-1952) en 1919 au musée des Arts décoratifs. Les libéralités de celui que l’on nomma « l’un des plus grands collectionneurs du monde » furent fondamentales car au goût, toujours elles mêlèrent un esprit de programme. Pour les dessins, il s’agissait, selon lui, de « s’en tenir au choix de pièces importantes et significatives ou à une réunion d’ensemble permettant de suivre un même artiste sous de multiples aspects, sans se laisser entraîner à l’achat de pièces documentaires de seconde importance ». Le présent accrochage rend hommage à l’intelligence d’une sensibilité mise au service de l’intérêt général.

Agnès CALLU