Archives par étiquette : musée des arts décoratifs

Fééries graphiques d’Emilio Terry : sélection critique de proto-dessins

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 8 – Salle Royère
 
26 mars 2013 – 10 juin 2013
 

Baroque et néo-classique, inventeur du « style Louis XVII », admirateur de Palladio ou de Ledoux, Emilio Terry (1890-1969) continue de nourrir les imaginations et imaginaires confluents des dessinateurs, architectes, décorateurs ou paysagistes français et étrangers. La présentation d’une vingtaine d’œuvres issues de l’exceptionnelle collection du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs (pas moins de 1200 dessins), autorise, sur le principe de l’accumulation, les comparaisons et les référencements divers, la couverture d’un prisme temporel ouvert des années 1930 aux tournants de la décennie 1970, la matérialité des commandes réalisées (ou à l’état d’in progress car demeurées inachevées), la restitution des liens de sociabilités hexagonaux et internationaux noués par le créateur connecté à de nombreux réseaux sociaux (versus Boni de Castellane) et assuré d’une clientèle renommée (d’Anna de Noailles à Charles de Beistegui).

 

Jet d’eau et construction de feuillages Emilio Terry y Sanchez (1890-1969) France, XXe siècle Plume, encre de Chine et lavis Legs Terry y Sanchez, 1972 Inv. 47773.79 © Les Arts Décoratifs

Jet d’eau et construction de feuillages. Emilio Terry y Sanchez (1890-1969). France, XXe siècle. Plume, encre de Chine et lavis. Legs Terry y Sanchez, 1972. Inv. 47773.79. © Les Arts Décoratifs

 

 

Projet pour un pavillon Emilio Terry y Sanchez (1890-1969) France, 1932 Crayon, plume, encre de Chine et lavis Legs Terry y Sanchez, 1972 Inv. 47773.72 © Les Arts Décoratifs

Projet pour un pavillon. Emilio Terry y Sanchez (1890-1969). France, 1932. Crayon, plume, encre de Chine et lavis. Legs Terry y Sanchez, 1972. Inv. 47773.72. © Les Arts Décoratifs

 

 

Grotte marine Emilio Terry y Sanchez (1890-1969) France, XXe siècle Plume, encre de Chine et lavis Legs Terry y Sanchez, 1972 Inv. 47773.37 © Les Arts Décoratifs

Grotte marine. Emilio Terry y Sanchez (1890-1969). France, XXe siècle. Plume, encre de Chine et lavis. Legs Terry y Sanchez, 1972. Inv. 47773.37. © Les Arts Décoratifs

 

 

 

Accrochage – Dessins d’Augustin Dupré (1748-1833) : abstract

 

Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 3 – Salle 15
 
3 avril 2013 – 13 juin 2013

Graveur général des monnaies de France entre 1791 et 1803, Augustin Dupré est une figure majeure de la numismatique française. Natif de Saint-Etienne, il quitte à vingt ans les ateliers de gravure de la manufacture royale d’armes, se rend à Paris où il parfait sa formation d’orfèvre ciseleur et débute, à partir de 1770, une carrière de graveur en médailles. Elève de l’Académie royale de peinture et de sculpture, protégé de Houdon, ami de l’éminent Jacques-Louis David, l’artiste noue de solides relations dans les milieux institutionnels. Son sens de la composition, sa parfaite maîtrise de la glyptique lui valent plusieurs commandes importantes : parmi elles, la médaille Libertas americana, commandée par Benjamin Franklin pour célébrer l’indépendance américaine.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Esquisse pour un flambeau-candélabre, pied composé de trois amours. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Sous la Révolution, Dupré adapte ses thèmes aux nouveaux idéaux patriotiques et affirme ses positions sur l’inévitable réforme du système monétaire. Nommé Graveur général en 1791, à la suite du concours lancé par l’Académie, il centralise la production des coins utilisés pour la frappe des monnaies dans les ateliers de l’Hôtel des monnaies de Paris, comme il participe à l’élaboration des nouveaux types monétaires engendrés par la chute de l’Ancien Régime et l’adoption du système décimal. Son action, sous-qualifiée par certains, méprisée par d’autres, ne survit pourtant pas au Consulat. Augustin Dupré continue à dessiner, graver, exposer mais ne connaît qu’une reconnaissance tardive.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.15.A © Les Arts Décoratifs

Salières et modèles d’arquebuserie. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.15.A
© Les Arts Décoratifs

L’œuvre dessinée de celui que l’on présenta comme « l’auteur d’une sorte de régénération » de la gravure en médaille, dévoile, sous un trait sûr et inventif, les facettes d’un art nourri d’Antiquité, servi par un sens du modelé préfigurant le bas-relief. La technicité du travail s’impose dans les délicates réflexions décoratives autant que dans les compositions historiques audacieuses. Issus de la collection du comte Jacques Victor de la Béraudière (1864-1949) et achetés en vente publique en 1885, quelque trente dessins de l’artiste, enrichis d’un album de croquis, proposent au regard, outre des scènes pour des modèles de médailles, des recherches graphiques préliminaires à la réalisation de pièces d’orfèvrerie. Ainsi, l’intelligence sensible du geste créateur d’Augustin Dupré trouve la pleine occasion de se faire connaître et de rendre hommage à l’intense collection du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs.

Pauline Juppin

 

Flambeau Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Flambeau. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Jean Royère (1902-1981) : intérieurs dessinés

Le couple Jean Royère / Arts décoratifs s’inscrit dans la durée. Le musée, affectataire des archives de l’artiste, lieu de monstration de son œuvre, outil d’analyse de sa production, est un amoureux du décorateur, un habitué de ses lignes, tracés et couleurs. Aussi bien, choisissant la formule du vis-à-vis contextuel par le biais du département des Arts graphiques, il expose, face à des meubles et objets, une sélection de dessins qui, mis à plat, composent une entrée dans l’imaginaire esthétique d’un ensemblier au profil remarquable.

 

Projet pour le hall d’un chalet à Megève. Jean Royère (1902-1981). France, 1953-1956. Crayon et gouache sur papier. Inv. 49070 © Les Arts Décoratifs

 

Né en 1902, issu d’un milieu aisé, se saisissant d’une expérience empirique inventée au contact du Faubourg Saint-Antoine, Royère s’impose, au tournant des années 1930-1940, comme un créateur au génie décoratif qui fait la différence. Sensible à « l’univers des formes » construit en Scandinavie ou en Italie par des Alvar Aalto ou Gio Ponti, jamais il ne reproduit, créant, tout à l’inverse, un nouveau pas virtuose qui organise, dans le fonctionnalisme, l’harmonie des conjonctions : volumes et hauteurs, graphes arrondis ou pentus, biomorphisme des courbes et courbures, structures tubulaires malmenées, bousculées encore, alternances sinusoïdales, lianes et bouquets de luminaires grimpant sur les murs à la manière de lierres métalliques, gras léger du crayon, gouaches primaires et/ou acidulées qui, presque déjà « Pop », livrent au regard des intérieurs rêvés.

 

Hall de l’hôtel St Georges à Beyrouth : salon vert. Jean Royère (1902-1981), France, 1955. Crayon et gouache sur papier. Inv. 48495 94 © Les Arts Décoratifs

 

Chambres à coucher ou living pour les « élites » internationales, ces dessins laissent voir, au carrefour des années 1950-1960, la matérialité des commandes confiées à un créateur qui, dans sa génération comme dans son style, propulse un design drôle et coloré, signature personnelle d’une architecture intérieure souvent qualifiée de féerique.

Agnès Callu

 

Projet de salon pour le Salon des Artistes décorateurs de 1955. Jean Royère (1902-1981) France, 1955. Crayon et gouache sur papier. Inv. 49068 © Les Arts Décoratifs

 

Vestibule - coupe sur la largeur au 1/10e de la Maison Pompéienne d'Alfred Normand

Accrochage Dessiner pour le Prince Napoléon : la Maison Pompéienne d’Alfred Normand (1822-1909)

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
 
17 février 2012 – 8 juin 2012
 
 

Résultat esthétique surprenant en même temps que conforme aux goûts d’une génération qui rêve d’Antiquité, la Maison Pompéienne du Prince Jérôme Napoléon, cousin de l’Empereur et frère de la Princesse Mathilde, compose un ensemble architectural, définitivement « Napoléon III ».

 

Vestibule - coupe sur la largeur au 1/10e de la Maison Pompéienne d'Alfred Normand

Vestibule - coupe sur la largeur au 1/10e de la Maison Pompéienne, Alfred Normand, 1862. Inv. 45383

 

En effet, dès 1855, le prince, dit « Plon-Plon », confie ce projet à l’architecte Alfred Normand, sur les conseils de Jacques Hittorff, théoricien de « l’architecture polychrome chez les Grecs ». Normand, issu de l’Ecole des Beaux-Arts, Grand Prix de Rome, en attelage avec l’ornemaniste Charles Rossigneux (1818-1907), engage alors le chantier avenue Montaigne, à l’emplacement du Pavillon des Beaux-Arts de l’Exposition universelle de 1855. De 1856 à 1860 – le gros œuvre est achevé en 1858 – s’élève un véritable palais, modèle d’architecture néo-grecque, imaginé par le Prince comme l’écrin somptueux à offrir à son amie, la comédienne Rachel.

 

Alfred Normand

Alfred Normand dans son atelier de la rue des Martyrs, photographie anonyme, s.d.

 

La demeure est ainsi décrite : « […] Le décor fourni par Normand au Prince et à ses amis était une copie très libre d’une demeure pompéienne, dans le genre de la villa de Diomède, de la maison de Pansa ou de celle du Poète tragique, dans lesquelles les pièces principales s’ouvraient sur un atrium complet avec son impluvium et son compluvium. Les murs étaient décorés dans le troisième style illusionniste de Pompéi, d’une suite de groupes symbolistes peints sur les panneaux par Sébastien Cornu. Des bustes de la famille Bonaparte entouraient le bassin et une statue de Napoléon Ier faisait face à la porte d’entrée […]. Les couleurs étaient chaudes (le rouge et le noir prédominaient sur les murs) ; l’ornementation, lourde et contournée, tout était intense dans cette demeure minuscule […] ».

 

Projet pour la Maison Pompéienne du Prince Napoléon

Projet pour la Maison Pompéienne du Prince Napoléon (peut-être pour l'atrium), Alfred Normand, c. 1860. Inv. 35 309 B1 et B2.

 

Les quelque 400 dessins, alliage visuel remarquable, mêlant, sur un rythme ternaire : vermillon, noir fusain et ocre cendré, servent la restitution contemporaine d’un espace (détruit en 1891) dont les proportions, en songe, étaient pensées monumentales. Ils intègrent les collections des Arts décoratifs en 1945-1947 grâce à Paul Normand, fils d’Alfred, architecte lui-aussi. Cet ensemble de « tous les dessins ou épures, encadrés ou non relatifs à l’hôtel pompéien », un temps dirigé vers la Bibliothèque des Arts décoratifs, rejoint le Cabinet des Dessins aux tournants des années 1970 : il rend le plus beau des hommages à la création d’un artiste qui, témoin des envies de son temps, intégra ses visions d’un Pompéi, surpris en calotypes, au chromatisme luxueux du Second Empire.

Agnès Callu

Projet pour la grande serre de la fontaine de la Maison Pompéienne, Alfred Normand

Projet pour la grande serre de la fontaine de la Maison Pompéienne, Alfred Normand, c.1856. Inv. CD 2818.6 a

 

Etude autour d’un accrochage : Des collectionneurs, des dessins et des marques

marque d'Eugène Delacroix - © Les Arts Décoratifs

Marque d'Eugène Delacroix - © Les Arts Décoratifs

Aborder la question pointue des dessins « marqués » au département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs suppose de les rapporter à l’ensemble de la collection du musée, de revenir aux notions fondatrices d’identité et de propriété, de clarifier enfin le propos didactique d’un  accrochage n’affichant qu’une petite vingtaine d’oeuvres. D’abord donc, à la manière d’un bref prologue, il s’avère utile de proposer un historique du Cabinet des dessins (désormais appelé Département des Arts graphiques), ou au moins, très schématiquement, d’énoncer les grands corpus qui assurent la notoriété nationale mais internationale aussi de ses collections.

 

 

 

Marque de Roger Portalis, écrivain d'art et collectionneur - © Les Arts Décoratifs

Ensuite, plus spécifiquement, en note séminale, il faut poser la notion de « Marques de collections », chevillée au profil intellectuel et esthète de Frédéric Lugt, lui-même, fortement associé aux ambitions historiques de la Fondation Custodia : elle vient de réaliser l’admirable effort que l’on sait en direction d’une mise en ligne1 qui sert le travail historien, lui-même développé, depuis 2010, à l’occasion de rencontres scientifiques visant le progrès des connaissances sur un domaine demeuré ardu2.

 

 

 

 

Marque d'Henri de Triqueti, collectionneur - © Les Arts Décoratifs

Enfin, adossé à des visuels qui créent l’échange, il est possible, sur le mode interactif,
de construire un parcours, rapide encore, fatalement simplifié, des dix-sept œuvres présentées à l’occasion de cet accrochage, expression préférée à celle d’exposition dans la mesure où le corpus sollicité est non seulement très resserré mais aussi, peut-être surtout, composé à la manière d’un florilège avec toutes les lacunes et fragmentations notionnelles aussi bien qu’esthétiques que cela suggère.

 

 

 

 

Lire la suite de l’article écrit par Agnès Callu et Julie Marical dans le cadre de l’accrochage « Marques de Collections » au musée des Arts décoratifs (mai-août 2011) : « Des collectionneurs, des dessins et des marques ».

 

1 http://www.fondationcustodia.fr/francais/merkenboek/default.cfm?gr=menu2
2 Cf. Peter Fuhring (dir.), Les marques de collection. I / Cinquièmes Rencontres internationales du Salon du dessin, 24
et 25 mars 2010, Paris, Société du Salon du dessin, 2010.

Accrochage Quand Albert Carrier-Belleuse (1824-1887) dessine

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris

De mai à août 2011

 

La finesse comme la sensibilité d’un trait sont-ils perceptibles à l’aune d’une quinzaine d’œuvres ? Ce bref accrochage en fait le pari lorsqu’il présente quinze dessins d’Albert Carrier-Belleuse dont la belle homogénéité formelle s’impose pour caractériser le travail créateur. Carrier-Belleuse, férocement désigné par les Goncourt comme « pacotilleur du XIXe siècle », formé à l’école de David d’Angers, générationnellement proche de la cohorte des Carpeaux, Garnier, Daviou ou Chapu, maître de Joseph Chéret ou de Rodin, s’affirme, aux dires de Napoléon III, comme le « nouveau Clodion ».

 

Accrochage Albert Carrier-Belleuse, Signature de Carrier-Belleuse, couloir XIXe s. 2011© Luc Boegly.

Sculpteur protéiforme quand il s’inspire autant de l’Antiquité que de la Renaissance ou de ses contemporains, artiste prolifique puisqu’il fait surgir des monuments, groupes et bustes, il témoigne, mêlant bronze, terre cuite, plâtre, marbre ou ivoire, d’une créativité qui frôle l’exception. Carrier-Belleuse, prolixe, dessine beaucoup et, loin de se défaire de ses feuilles, les patrimonialise pour son propre compte afin de se composer un répertoire visuel référent.

 

Frise de putti courant et sautant, Albert-Ernest Carrier-Belleuse, après 1870 - achat © Les Arts Décoratifs.

Les dessins exposés ne sont pas datés mais deux éléments permettent de les inscrire dans une périodisation postérieure à 1870 : la signature du sculpteur change après 1868, mutant de « A. Carrier » à « Carrier-Belleuse » ; de surcroît, les années 1870 sont caractérisées par des figures exécutées à la craie sur des fonds sombres. Aussi bien, sont ici juxtaposées, en harmonie, des pièces d’orfèvrerie, des personnages fabuleux ou des frises joyeuses de putti, représentatives, au plan chrono-esthétique, de l’énergique création d’un artiste pluriel.

 

Accrochage Albert Carrier-Belleuse, couloir XIXe s. 2011© Luc Boegly.

Trois ensembles rythment l’accrochage :

  • au centre – témoins de la politique volontariste et pionnière de l’Union centrale des Arts décoratifs (UCAD) en ses débuts – dix œuvres acquises par le musée qui les achète directement à leur auteur en décembre 1884.
  • à droite, un lot de deux pièces données en septembre 1908 à l’institution par Henry Delisle, l’un des membres de l’entreprises dite des Frères Delisle, bronziers, ferronniers-ébénistes, sise à Paris dans l’ancien hôtel Lamoignon, rue Pavée dans le 3ème arrondissement.
  • à gauche, trois dessins provenant de la vente Eugène Grasset de mars 1918 – quatre au total se tinrent à l’Hôtel Drouot pour disperser le fonds d’atelier -, organisée par le peintre-verrier et mosaïste français, Félix Gaudin (1851-1930), ami de Grasset, précurseur avec Mucha, de l’Art nouveau en France.

 

Agnès CALLU