Accrochage Alphonse Fouquet (1828-1911) : des dessins pour des bijoux

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris

Du 20 octobre 2011 au 20 février 2012

 

Diadème Chimères, Alphonse Fouquet, c.1878. Gouache sur papier calque. Inv CD 2569.38.1 - © Les Arts Décoratifs.

Les quelque vingt cinq dessins exposés, extraits d’un corpus qui frôle le millier, rendent compte de l’exemplaire trajectoire artistique d’Alphonse Fouquet (1828-1911), l’un des bijoutiers-joailliers parisiens les « plus en vue » du second XIXe siècle.

Fouquet, avant de s’inscrire à l’origine d’une célèbre dynastie, « entre dans la carrière », comme simple ouvrier, issu d’une famille de commerçants montée à Paris en 1838. Dès 1847, il exécute des bijoux d’après les dessins, qu’inlassable chercheur de formes et volumes, il compile à l’envie sur des notes et carnets, véritables outils de travail autant que sources d’invention, auxquels, toujours, il revient. Là – et spécifiquement aux tournants des années 1852-1853 – à la manière d’un modeleur plutôt que d’un dessinateur, il fait surgir, au crayon et/ou gouachés, des enroulements de cuirs et rubans, enrichis de feuilles, fleurs ou pendeloques. Un peu plus tard, modélisant l’effort, Fouquet, à l’orée d’une réussite acquise par un génie des affaires associé à une intuition du goût social, diversifie sa création.

Parure pour bracelet, pendants d’oreilles, bagues, pendentif et broche en ors de couleur et ornée d’améthystes, Alphonse Fouquet, 1864-65. graphite, aquarelle et rehauts blancs sur papier. Inv. PR 2011.35.1 - © Les Arts Décoratifs.

Soucieux de répondre aux désirs multiples et renouvelés d’une exigeante clientèle à l’affût d’une joaillerie inédite, jouant avec les courbes d’animaux fantastiques dans le style Renaissance, il explore les innombrables possibilités offertes par la fabrication de broches, bracelets, épingles, colliers, diadèmes, ornements de tête ou de corsage. À partir de 1862 – et jusqu’en 1868 – installé à la tête d’un atelier qui massifie sa production, il exerce l’intelligence de son talent pluriel, sans être à l’écart du « bijou-fantaisie », innovant avec d’audacieuses compositions mêlant aux diamants, saphirs et perles, onyx, grenats, améthystes, topazes, turquoises ou lapis au profit de parures somptuaires.

 

Accrochage Alphonse Fouquet, couloir XIXe s. 2011 © Luc Boegly.

 

Écho graphique de la « Galerie des bijoux » du musée des Arts décoratifs, cet accrochage, autorisé par le don de son fils Georges Fouquet à l’institution en 1952, témoigne, en synthèse, du talent industriel d’un artisan-artiste qui, par ses bijoux, « orna les corps » (sic) de la grande bourgeoisie parisienne, des années « Napoléon III » à la première décade de la IIIe République.

 

Agnès CALLU


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *