Accrochage Jean-Charles Delafosse (1734-c.1790) et ses allégories

Musée des Arts décoratifs

107 rue de Rivoli – 75001 Paris

D’août à novembre 2011

 

 

Né en 1734 et mort en 1789 ou en 1791, l’ornemaniste Jean-Charles Delafosse s’impose, dans l’esprit public, comme « l’homme des allégories ». Il publie en 1768 sa Nouvelle iconologie historique, ou Attributs hiéroglyphiques qui ont pour objets les quatre éléments, les quatre saisons, les quatre parties du monde et les différentes complexions de l’homme. Un peu avant ou immédiatement après, de fait sur une séquence chronologique à inscrire entre 1765 et 1780, il propose de « représenter le monde » autour du triptyque Allégories – Hiéroglyphes – Emblèmes.

La Vertu, Jean-Charles Delafosse, XVIIIe siècle - don David-Weill © Les Arts Décoratifs

Le Vice et la Vertu, exaltés au format de figures, tour à tour séduisantes ou inquiétantes, sont représentés selon les codes de la tradition mais, parfois, faisant un pas de côté, ils la bousculent lorsqu’ils inventent un langage iconique qui se fait fantasmatique mais aussi, idéologique, politique, voire caricatural. La force symbolique de l’allégorie – « le dernier mot de la pensée, de la littérature et de l’art des Lumières ? » – chez Delafosse surgit dans les treize aquarelles ici présentées, elles-même constitutives du corpus des trente-six allégories données par le mécène, grand amateur de dessins, David David-Weill (1871-1952) en 1919 au musée des Arts décoratifs. Les libéralités de celui que l’on nomma « l’un des plus grands collectionneurs du monde » furent fondamentales car au goût, toujours elles mêlèrent un esprit de programme. Pour les dessins, il s’agissait, selon lui, de « s’en tenir au choix de pièces importantes et significatives ou à une réunion d’ensemble permettant de suivre un même artiste sous de multiples aspects, sans se laisser entraîner à l’achat de pièces documentaires de seconde importance ». Le présent accrochage rend hommage à l’intelligence d’une sensibilité mise au service de l’intérêt général.

Agnès CALLU


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *