Constantin Guys (1802-1892). Des dessins pour des reportages.

Voyageur et dessinateur inlassable, l’autodidacte Constantin Guys, l’un des premiers artistes reporters du XIXe siècle, traque, à travers l’Europe (Paris, Londres, Naples, Madrid, Crimée…) et l’Orient (Constantinople…) – tantôt pour un célèbre hebdomadaire londonien, tantôt pour son propre compte – ses sujets de prédilection : la guerre, la ville moderne et les femmes.

Autorités forçant le château d'Eu. Constantin Guys (1802-1892) France, XIXe siècle. Plume, lavis, encres et aquarelle. Inv. 34683 © Les Arts Décoratifs

 

À dix-huit ans, son caractère aventureux le mène en Grèce pendant une grande partie de la Guerre d’indépendance (1821-1830) ; puis il s’engage en 1827 dans le régiment français de Dragons qui lui permet de découvrir l’Europe et l’Orient. Enfin, en 1844, il s’installe en Angleterre où il est recruté comme dessinateur reporter par Herbert Ingram, fondateur-directeur du premier hebdomadaire illustré d’Europe, l’Illustrated London News. Véritables chasseurs d’images, les artistes reporters pouvaient suivre les actions de guerre beaucoup plus facilement que les photographes de l’époque, alors encore soumis à de longs temps de pose. Durant vingt ans, Guys, muni de son crayon, de sa plume et de ses encres, parcourt l’Europe à l’affût des guerres – il illustre, notamment, à l’aquarelle la Guerre de Crimée (1853-1856) – des révolutions et révoltes, ou encore des fêtes royales et princières des cours françaises et anglaises. Il croque de mémoire et en couleur des scènes, d’un trait rapide et schématique – préservant ainsi une impression de travail sur le vif – qu’il retravaille à la recherche d’une composition finale pertinente pour le journal. Artiste modeste, Guys signe rarement ses œuvres, qui sont envoyées rapidement aux ateliers de gravure du journal britannique pour être interprétées en gravures et publiées aux côtés de chroniques rédigées de sa main. À la mort accidentelle du directeur du journal en 1860, il rentre en France où il retrouve un cercle restreint d’amitiés littéraires et artistiques avec lesquelles, malgré son caractère solitaire, il entretient des rapports à la fois intimes, comme en témoignent ses correspondances, et marchands, plusieurs d’entre eux acquérant ses dessins. Parmi eux – le tandem est célèbre – Charles Baudelaire. Admirateur et collectionneur des œuvres du dessinateur, il écrit Le Peintre de la vie moderne en 1863 dans lequel l’artiste « M.G. » n’est autre que Constantin Guys. Ce dernier fréquente aussi Paul Gavarni, dessinateur collaborateur du Charivari et de l’Illustrated London News, qui lui permet de rencontrer les frères Goncourt. Enfin, il se rapproche de Manet et de Nadar, chacun faisant son portrait. Son retrait de la vie sociale est entériné par son accident : il meurt en 1892, isolé et dans la plus grande misère.

Deux jeunes espagnoles. Constantin Guys (1802-1892) France, XIXe siècle. Plume, lavis, encres et aquarelle. Inv. 34715 © Les Arts Décoratifs

 

Le département des Arts graphiques propose de redécouvrir ce chroniqueur du Second Empire par l’intermédiaire d’une quinzaine d’œuvres, représentatives de l’ensemble de la production. Issues de la cinquantaine de dessins conservés au musée des Arts décoratifs, ces feuilles, par la variété du trait autant que par l’apposition de mentions manuscrites, assurent la spécificité d’un geste entre Créativité et Journalisme.

 

Débarquement des troupes françaises au cap Kerson. Constantin Guys (1802-1892) France, XIXe siècle. Plume, lavis, encre et aquarelle. Inv. 34706 © Les Arts Décoratifs

 

Morgane Lanoue

 


Une réflexion au sujet de « Constantin Guys (1802-1892). Des dessins pour des reportages. »

  1. Ping : Carnet de dessins : esthétique et recherche | Devenir historien-ne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *