Jean Royère (1902-1981) : intérieurs dessinés

Le couple Jean Royère / Arts décoratifs s’inscrit dans la durée. Le musée, affectataire des archives de l’artiste, lieu de monstration de son œuvre, outil d’analyse de sa production, est un amoureux du décorateur, un habitué de ses lignes, tracés et couleurs. Aussi bien, choisissant la formule du vis-à-vis contextuel par le biais du département des Arts graphiques, il expose, face à des meubles et objets, une sélection de dessins qui, mis à plat, composent une entrée dans l’imaginaire esthétique d’un ensemblier au profil remarquable.

 

Projet pour le hall d’un chalet à Megève. Jean Royère (1902-1981). France, 1953-1956. Crayon et gouache sur papier. Inv. 49070 © Les Arts Décoratifs

 

Né en 1902, issu d’un milieu aisé, se saisissant d’une expérience empirique inventée au contact du Faubourg Saint-Antoine, Royère s’impose, au tournant des années 1930-1940, comme un créateur au génie décoratif qui fait la différence. Sensible à « l’univers des formes » construit en Scandinavie ou en Italie par des Alvar Aalto ou Gio Ponti, jamais il ne reproduit, créant, tout à l’inverse, un nouveau pas virtuose qui organise, dans le fonctionnalisme, l’harmonie des conjonctions : volumes et hauteurs, graphes arrondis ou pentus, biomorphisme des courbes et courbures, structures tubulaires malmenées, bousculées encore, alternances sinusoïdales, lianes et bouquets de luminaires grimpant sur les murs à la manière de lierres métalliques, gras léger du crayon, gouaches primaires et/ou acidulées qui, presque déjà « Pop », livrent au regard des intérieurs rêvés.

 

Hall de l’hôtel St Georges à Beyrouth : salon vert. Jean Royère (1902-1981), France, 1955. Crayon et gouache sur papier. Inv. 48495 94 © Les Arts Décoratifs

 

Chambres à coucher ou living pour les « élites » internationales, ces dessins laissent voir, au carrefour des années 1950-1960, la matérialité des commandes confiées à un créateur qui, dans sa génération comme dans son style, propulse un design drôle et coloré, signature personnelle d’une architecture intérieure souvent qualifiée de féerique.

Agnès Callu

 

Projet de salon pour le Salon des Artistes décorateurs de 1955. Jean Royère (1902-1981) France, 1955. Crayon et gouache sur papier. Inv. 49068 © Les Arts Décoratifs

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *