Accrochage – Dessins d’Augustin Dupré (1748-1833) : abstract

 

Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 3 – Salle 15
 
3 avril 2013 – 13 juin 2013

Graveur général des monnaies de France entre 1791 et 1803, Augustin Dupré est une figure majeure de la numismatique française. Natif de Saint-Etienne, il quitte à vingt ans les ateliers de gravure de la manufacture royale d’armes, se rend à Paris où il parfait sa formation d’orfèvre ciseleur et débute, à partir de 1770, une carrière de graveur en médailles. Elève de l’Académie royale de peinture et de sculpture, protégé de Houdon, ami de l’éminent Jacques-Louis David, l’artiste noue de solides relations dans les milieux institutionnels. Son sens de la composition, sa parfaite maîtrise de la glyptique lui valent plusieurs commandes importantes : parmi elles, la médaille Libertas americana, commandée par Benjamin Franklin pour célébrer l’indépendance américaine.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Esquisse pour un flambeau-candélabre, pied composé de trois amours. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Sous la Révolution, Dupré adapte ses thèmes aux nouveaux idéaux patriotiques et affirme ses positions sur l’inévitable réforme du système monétaire. Nommé Graveur général en 1791, à la suite du concours lancé par l’Académie, il centralise la production des coins utilisés pour la frappe des monnaies dans les ateliers de l’Hôtel des monnaies de Paris, comme il participe à l’élaboration des nouveaux types monétaires engendrés par la chute de l’Ancien Régime et l’adoption du système décimal. Son action, sous-qualifiée par certains, méprisée par d’autres, ne survit pourtant pas au Consulat. Augustin Dupré continue à dessiner, graver, exposer mais ne connaît qu’une reconnaissance tardive.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.15.A © Les Arts Décoratifs

Salières et modèles d’arquebuserie. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.15.A
© Les Arts Décoratifs

L’œuvre dessinée de celui que l’on présenta comme « l’auteur d’une sorte de régénération » de la gravure en médaille, dévoile, sous un trait sûr et inventif, les facettes d’un art nourri d’Antiquité, servi par un sens du modelé préfigurant le bas-relief. La technicité du travail s’impose dans les délicates réflexions décoratives autant que dans les compositions historiques audacieuses. Issus de la collection du comte Jacques Victor de la Béraudière (1864-1949) et achetés en vente publique en 1885, quelque trente dessins de l’artiste, enrichis d’un album de croquis, proposent au regard, outre des scènes pour des modèles de médailles, des recherches graphiques préliminaires à la réalisation de pièces d’orfèvrerie. Ainsi, l’intelligence sensible du geste créateur d’Augustin Dupré trouve la pleine occasion de se faire connaître et de rendre hommage à l’intense collection du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs.

Pauline Juppin

 

Flambeau Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Flambeau. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *