Séminaire « Dessin et Temps présent : Pour une génétique de l’en cours et de l’inachevé » par Agnès Callu (Ecole des Chartes/CNRS-IHTP) et Claire Malrieux (ENSCI)

 

Dessin et Temps présent :

Pour une génétique de l’en cours et de l’inachevé

 

Par

Agnès CALLU (Ecole des Chartes/CNRS-IHTP) et Claire MALRIEUX(ENSCI)

Séminaire de recherche et Studio expérimental

organisés avec le soutien

du Labex CAP (Création, Arts et Patrimoines)

Les séances – regroupées sur le premier semestre de l’année universitaire 2013/2014 – se tiennent le mercredi à l’ENSCI 48 rue Saint-Sabin 75011 Paris en Salle Bleue/4è étage.

Matière vive, plastique, ductible, réactive, le Dessin se saisit de la Contemporanéité, la regarde, la transcrit, l’invente, obligeant créateurs et historiens du temps présent à dialoguer ensemble pour en définir la fonction sociale et le capital symbolique. Construit sur la valeur de la dualité des profils et de la complémentarité des grilles d’interprétation : analyses historiennes et gestes créateurs, expérience de l’œuvre et interprétations notionnelles, ce projet entend poser et discuter les concepts, les lectures et les productions.

Les outils théoriques seront définis au gré de questionnements ouverts : d’un côté, des réflexions sur les périmètres et problématiques de l’actuel, de l’immédiat, du très contemporain, du présent « contenant la mémoire des choses passées et l’attente des choses à venir » ; de l’autre, des interrogations sur le statut du dessin (outil de création, système de notation, vocabulaire, lexique, pré-discours iconique, « œuvre de l’œuvre », brouillon archaïque, proto-graphem et al.) et les instances de l’objet graphique. Les lectures, toujours, seront croisées à la manière d’un chiasme : comment le dessin dit, montre, reproduit, écrit, imagine le contemporain ? De quelles manières le présent se lit dans un dessin aux frontières du code, du signe, du graphe ?

Le mode opératoire choisi est duel afin de privilégier l’intrication entre la connaissance et l’expérience. D’une part, fonctionne un séminaire de recherche fondé sur le principe de rencontres croisées entre plasticiens et historiens pour échanger sur la genèse, l’espace de médiation et les conditions de réception d’une production graphique contemporaine ; d’autre part, un studio de création expérimental : « Off line » est dédié à l’invention d’une plateforme collaborative numérique destinée à fédérer, à l’échelle hexagonale et extra-hexagonale, travaux historiens et corpus graphiques dès lors open sources soumises aux analyses et débats de la communauté scientifique et artistique internationale.

 

Séance 1. 2 octobre 2013 (11h – 13h). Présentation du Séminaire de recherche et du Studio expérimental (Agnès Callu et Claire Malrieux)

 

Séance 2. 9 octobre 2013 (9h – 13h). Studio expérimental : dessin et carte mentale de la recherche (Sabrina Issa, artiste et Claire Malrieux)

 

Séance 3. 16 octobre 2013 (11h – 16h).

11h – 13h. Studio expérimental. Schéma heuristique de la création en ligne (Julie Morel, designer et artiste net art)

14h – 16h. Séminaire de recherche. « Du voyage : histoires et représentations » (Jean-François Gleize, artiste et Francis Dhée, Paris I. Débat animé par Agnès Callu et Claire Malrieux

 

Séance 4. 23 octobre 2013 (9h – 18h). Studio expérimental. Conception multimédia (Julie Morel)

 

Séance 5. 30 octobre 2013. (11h – 16h)

11h – 13h. Studio expérimental. Mise en forme des contenus (Claire Malrieux et Julie Morel)

14h – 16h. Séminaire de recherche. « Architectures : faire et interpréter les ‘projetations’» (Pierre-Marc de Biasi, ITEM/CNRS et Martial Marquet, architecte designer). Débat animé par Agnès Callu et Claire Malrieux

 

Séance 6. 13 novembre 2013. (9h – 13h). Rendu intermédiaire des travaux : commentaires et débats (Agnès Callu et Claire Malrieux)

 

Séance 7. 20 novembre 2013. (11h – 16h)

11h – 13h. Studio expérimental. Réalisation de la maquette de la plateforme numérique (Sabrina Issa et Claire Malrieux)

14h – 16h. Séminaire de recherche. « Le dessin médiatique : la caricature, source pour l’historien ». (Jul, dessinateur à « Charlie Hebdo » et Pascal Dupuy, Université de Rouen |sous réserve]. Débat animé par Agnès Callu et Claire Malrieux

 

Séance 8. 27 novembre 2013 (9h – 13h). Studio expérimental. Réalisation de la maquette de la plateforme numérique (Sabrina Issa et Claire Malrieux)

 

Séance 9. 4 décembre 2013. (11h – 16h)

11h – 13h. Studio expérimental. Réalisation de la maquette de la plateforme numérique (Sabrina Issa et Claire Malrieux)

14h – 16h. Séminaire de recherche. « Dessiner pour résister : analyse de graphes de combat » (Pierre Fertil, ancien déporté à Neuengamme et Catherine Coquio, Paris 8 [sous réserve]). Débat animé par Agnès Callu, Eric Brossart, Musée de la Résistance de Champigny et Claire Malrieux

 

Séance 10. 11 décembre 2013. (9h – 18h). Rendu final des travaux : commentaires, débats et conclusions du séminaire (Agnès Callu et Claire Malrieux)

 

Contacts : Agnès Callu (acallu@gmail.com)

Claire Malrieux : malrieux@noos.fr

 

 

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine (INP), Docteur en histoire contemporaine de l’IEP / Sciences Po – Paris (thèse publiée sur le philosophe nietzschéen Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur permanent au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et chercheur associé à Sciences Po (Centre d’Histoire de Sciences Po, CHSP), chargé de conférences à l’École pratique des hautes études (EPHE)

 

Ancienne élève de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts (Sculpture), Claire Malrieux fonde, entre 2000 et 2006, le collectif et les éditions Mix, tout en poursuivant une pratique artistique personnelle dans laquelle elle interroge le potentiel narratif de la sculpture. En 2010, elle poursuit sa formation à L’ENSCI-les ateliers où elle oriente sa production vers l’utilisation des nouveaux modes de conception et de production industriels. Mêlant nouvelles technologies, Histoire et fiction, le travail de Claire Malrieux se situe à la frontière de l’Art et de la Recherche. En 2012, elle initie « L’Atlas du temps présent », un projet graphique dans lequel elle continue d’explorer les formes narratives en associant le dessin à des processus de génération de forme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *