Accrochage Quand Albert Carrier-Belleuse (1824-1887) dessine

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris

De mai à août 2011

 

La finesse comme la sensibilité d’un trait sont-ils perceptibles à l’aune d’une quinzaine d’œuvres ? Ce bref accrochage en fait le pari lorsqu’il présente quinze dessins d’Albert Carrier-Belleuse dont la belle homogénéité formelle s’impose pour caractériser le travail créateur. Carrier-Belleuse, férocement désigné par les Goncourt comme « pacotilleur du XIXe siècle », formé à l’école de David d’Angers, générationnellement proche de la cohorte des Carpeaux, Garnier, Daviou ou Chapu, maître de Joseph Chéret ou de Rodin, s’affirme, aux dires de Napoléon III, comme le « nouveau Clodion ».

 

Accrochage Albert Carrier-Belleuse, Signature de Carrier-Belleuse, couloir XIXe s. 2011© Luc Boegly.

Sculpteur protéiforme quand il s’inspire autant de l’Antiquité que de la Renaissance ou de ses contemporains, artiste prolifique puisqu’il fait surgir des monuments, groupes et bustes, il témoigne, mêlant bronze, terre cuite, plâtre, marbre ou ivoire, d’une créativité qui frôle l’exception. Carrier-Belleuse, prolixe, dessine beaucoup et, loin de se défaire de ses feuilles, les patrimonialise pour son propre compte afin de se composer un répertoire visuel référent.

 

Frise de putti courant et sautant, Albert-Ernest Carrier-Belleuse, après 1870 - achat © Les Arts Décoratifs.

Les dessins exposés ne sont pas datés mais deux éléments permettent de les inscrire dans une périodisation postérieure à 1870 : la signature du sculpteur change après 1868, mutant de « A. Carrier » à « Carrier-Belleuse » ; de surcroît, les années 1870 sont caractérisées par des figures exécutées à la craie sur des fonds sombres. Aussi bien, sont ici juxtaposées, en harmonie, des pièces d’orfèvrerie, des personnages fabuleux ou des frises joyeuses de putti, représentatives, au plan chrono-esthétique, de l’énergique création d’un artiste pluriel.

 

Accrochage Albert Carrier-Belleuse, couloir XIXe s. 2011© Luc Boegly.

Trois ensembles rythment l’accrochage :

  • au centre – témoins de la politique volontariste et pionnière de l’Union centrale des Arts décoratifs (UCAD) en ses débuts – dix œuvres acquises par le musée qui les achète directement à leur auteur en décembre 1884.
  • à droite, un lot de deux pièces données en septembre 1908 à l’institution par Henry Delisle, l’un des membres de l’entreprises dite des Frères Delisle, bronziers, ferronniers-ébénistes, sise à Paris dans l’ancien hôtel Lamoignon, rue Pavée dans le 3ème arrondissement.
  • à gauche, trois dessins provenant de la vente Eugène Grasset de mars 1918 – quatre au total se tinrent à l’Hôtel Drouot pour disperser le fonds d’atelier -, organisée par le peintre-verrier et mosaïste français, Félix Gaudin (1851-1930), ami de Grasset, précurseur avec Mucha, de l’Art nouveau en France.

 

Agnès CALLU


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *