Une étude spécifique : la châtelaine « Sphinge » d’Alphonse Fouquet

Parmi le millier de dessins que le musée des Arts décoratifs possède d’Alphonse Fouquet, trois témoignent du processus créatif à l’origine de la châtelaine « Sphinge » en or présentée à l’Exposition Universelle de 1878. Cette châtelaine, inspirée du style Renaissance, est composée d’une sphinge assise de profil sur un socle orné, brandissant de sa patte droite une riche chaînette reliée à une montre ciselée.

Châtelaine Sphinge, Alphonse Fouquet, 1878. Gouache sur papier. Inv CD 2576.58.4 - © Les Arts Décoratifs

L’un des trois dessins est presque schématique et réalisé sur papier fin (inv. CD 2566.65.1), tandis que celui présenté dans l’accrochage « Alphonse Fouquet (1828-1911) : des dessins pour des bijoux » au musée des Arts décoratifs est un dessin gouaché d’une grande maîtrise et à l’image du bijou réalisé (inv. CD 2576.58.4).

Projet de Breloque, Alphonse Fouquet, 1878. Crayon sur papier. Inv. CD 2566.65.2 - © Les Arts Décoratifs

Préparatoire à ces deux travaux, il existe un troisième dessin, délicat et plus spontané, où la liberté du crayonné et l’application de rehauts de gouache blanche rendent compte d’une vivacité propre aux dessins de recherche. L’œil devine, sous le fond aquarellé rouge sombre, les traits du premier modèle de chaîne que le bijoutier avait imaginé. Le choix du papier à petits carreaux et la présence d’un morceau de papier collé, à la manière d’un repentir, sur ce qui était, on peut le supposer, un premier croquis, laissent imaginer que ce dessin de la châtelaine Sphinge est l’un des premiers.

Châtelaine, Alphonse Fouquet, 1878. Crayon, gouache et aquarelle sur deux papiers collés. Inv CD 2566.65.1, provenant de l'album de joaillerie n°5. 13.4 x 7.8 cm - © Les Arts Décoratifs

Le tâtonnement du créateur transparaît aussi dans les deux éléments inscrits autour du dessin (cf. à l’image ci-dessus) :

  • à gauche, l’indication technique manuscrite « chaîne pivotant dans la griffe »
  • à droite, le petit croquis précis donnant la forme d’anneau qui sera finalement adoptée pour la chaîne.

Hormis la chimère elle-même, nombre d’éléments de ce dessin diffèrent du bijou final : ainsi, la chaînette est plus courte dans cette première version et les ornements de la montre ne sont pas encore dessinés ; quant aux feuilles ornant le socle, elles seront fortement modifiées sur les dessins suivants. Enfin, le motif de pomme de pin situé au bas du piédestal et au dessus de la chaînette n’a pas encore été imaginé.

L’accrochage de ces dessins étant conçu comme un écho graphique à la Galerie des bijoux du musée des Arts décoratifs, les visiteurs pourront y admirer la châtelaine réalisée d’après ce modèle (inv. 14851 F).

Morgane LANOUE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *