Archives de l’auteur : Morgane Lanoue

Constantin Guys (1802-1892). Des dessins pour des reportages.

Voyageur et dessinateur inlassable, l’autodidacte Constantin Guys, l’un des premiers artistes reporters du XIXe siècle, traque, à travers l’Europe (Paris, Londres, Naples, Madrid, Crimée…) et l’Orient (Constantinople…) – tantôt pour un célèbre hebdomadaire londonien, tantôt pour son propre compte – ses sujets de prédilection : la guerre, la ville moderne et les femmes.

Autorités forçant le château d'Eu. Constantin Guys (1802-1892) France, XIXe siècle. Plume, lavis, encres et aquarelle. Inv. 34683 © Les Arts Décoratifs

 

À dix-huit ans, son caractère aventureux le mène en Grèce pendant une grande partie de la Guerre d’indépendance (1821-1830) ; puis il s’engage en 1827 dans le régiment français de Dragons qui lui permet de découvrir l’Europe et l’Orient. Enfin, en 1844, il s’installe en Angleterre où il est recruté comme dessinateur reporter par Herbert Ingram, fondateur-directeur du premier hebdomadaire illustré d’Europe, l’Illustrated London News. Véritables chasseurs d’images, les artistes reporters pouvaient suivre les actions de guerre beaucoup plus facilement que les photographes de l’époque, alors encore soumis à de longs temps de pose. Durant vingt ans, Guys, muni de son crayon, de sa plume et de ses encres, parcourt l’Europe à l’affût des guerres – il illustre, notamment, à l’aquarelle la Guerre de Crimée (1853-1856) – des révolutions et révoltes, ou encore des fêtes royales et princières des cours françaises et anglaises. Il croque de mémoire et en couleur des scènes, d’un trait rapide et schématique – préservant ainsi une impression de travail sur le vif – qu’il retravaille à la recherche d’une composition finale pertinente pour le journal. Artiste modeste, Guys signe rarement ses œuvres, qui sont envoyées rapidement aux ateliers de gravure du journal britannique pour être interprétées en gravures et publiées aux côtés de chroniques rédigées de sa main. À la mort accidentelle du directeur du journal en 1860, il rentre en France où il retrouve un cercle restreint d’amitiés littéraires et artistiques avec lesquelles, malgré son caractère solitaire, il entretient des rapports à la fois intimes, comme en témoignent ses correspondances, et marchands, plusieurs d’entre eux acquérant ses dessins. Parmi eux – le tandem est célèbre – Charles Baudelaire. Admirateur et collectionneur des œuvres du dessinateur, il écrit Le Peintre de la vie moderne en 1863 dans lequel l’artiste « M.G. » n’est autre que Constantin Guys. Ce dernier fréquente aussi Paul Gavarni, dessinateur collaborateur du Charivari et de l’Illustrated London News, qui lui permet de rencontrer les frères Goncourt. Enfin, il se rapproche de Manet et de Nadar, chacun faisant son portrait. Son retrait de la vie sociale est entériné par son accident : il meurt en 1892, isolé et dans la plus grande misère.

Deux jeunes espagnoles. Constantin Guys (1802-1892) France, XIXe siècle. Plume, lavis, encres et aquarelle. Inv. 34715 © Les Arts Décoratifs

 

Le département des Arts graphiques propose de redécouvrir ce chroniqueur du Second Empire par l’intermédiaire d’une quinzaine d’œuvres, représentatives de l’ensemble de la production. Issues de la cinquantaine de dessins conservés au musée des Arts décoratifs, ces feuilles, par la variété du trait autant que par l’apposition de mentions manuscrites, assurent la spécificité d’un geste entre Créativité et Journalisme.

 

Débarquement des troupes françaises au cap Kerson. Constantin Guys (1802-1892) France, XIXe siècle. Plume, lavis, encre et aquarelle. Inv. 34706 © Les Arts Décoratifs

 

Morgane Lanoue

 

Le cabinet des dessins : « hors les murs » 2011

Retrouvez des œuvres du Cabinet des dessins du musées des Arts décoratifs, en France et à l’international, au sein des expositions suivantes :

EN FRANCE :

Projet de décoration intérieure avec alcôve, Ecole Française, c.1790. Inv 2004.172.1

« L’hôtel particulier. Une ambition parisienne »

Cité de l’architecture et du Patrimoine
Galerie haute des expositions temporaires
1 place du Trocadéro
75016 Paris

05 octobtre 2011 – 19 février 2012

 

 

 

 

 

Modèle de saucière, Robert-Joseph Auguste, XVIIIe siècle. Inv. 24722 A

« Dessins d’orfèvrerie de l’atelier de Robert-Joseph Auguste (1723-1805) » 

Musée Nissim de Camondo
63 rue de Monceau
75008 Paris

16 novembre 2011 – 1er avril 2012

 

 

 

 

 

 

Projets de couvercle de tabatières, France, c. 1760. Inv. 9025.2.a-b-c

« Boîtes en or et objets de vertu »

Musée Cognacq-Jay
8 rue Elzévir
75003 Paris

21 décembre 2011 – 6 mai 2012

 

 

 

 

 

 

A L’ETRANGER :

Modèles de chapeaux, Elsa Schiapparelli, collection hiver 1937. Inv. UF D 73.21.1348

 

« Fashion ♥ Art: A Passionate Affair »

Gemeentemuseum – La Haye
Stadhouderslaan 41
2517 HV Den Haag
Postbus 72
2501 CB Den haag 
 

3 Septembre 2011 – 8 Janvier 2012

Une étude spécifique : la châtelaine « Sphinge » d’Alphonse Fouquet

Parmi le millier de dessins que le musée des Arts décoratifs possède d’Alphonse Fouquet, trois témoignent du processus créatif à l’origine de la châtelaine « Sphinge » en or présentée à l’Exposition Universelle de 1878. Cette châtelaine, inspirée du style Renaissance, est composée d’une sphinge assise de profil sur un socle orné, brandissant de sa patte droite une riche chaînette reliée à une montre ciselée.

Châtelaine Sphinge, Alphonse Fouquet, 1878. Gouache sur papier. Inv CD 2576.58.4 - © Les Arts Décoratifs

L’un des trois dessins est presque schématique et réalisé sur papier fin (inv. CD 2566.65.1), tandis que celui présenté dans l’accrochage « Alphonse Fouquet (1828-1911) : des dessins pour des bijoux » au musée des Arts décoratifs est un dessin gouaché d’une grande maîtrise et à l’image du bijou réalisé (inv. CD 2576.58.4).

Projet de Breloque, Alphonse Fouquet, 1878. Crayon sur papier. Inv. CD 2566.65.2 - © Les Arts Décoratifs

Préparatoire à ces deux travaux, il existe un troisième dessin, délicat et plus spontané, où la liberté du crayonné et l’application de rehauts de gouache blanche rendent compte d’une vivacité propre aux dessins de recherche. L’œil devine, sous le fond aquarellé rouge sombre, les traits du premier modèle de chaîne que le bijoutier avait imaginé. Le choix du papier à petits carreaux et la présence d’un morceau de papier collé, à la manière d’un repentir, sur ce qui était, on peut le supposer, un premier croquis, laissent imaginer que ce dessin de la châtelaine Sphinge est l’un des premiers.

Châtelaine, Alphonse Fouquet, 1878. Crayon, gouache et aquarelle sur deux papiers collés. Inv CD 2566.65.1, provenant de l'album de joaillerie n°5. 13.4 x 7.8 cm - © Les Arts Décoratifs

Le tâtonnement du créateur transparaît aussi dans les deux éléments inscrits autour du dessin (cf. à l’image ci-dessus) :

  • à gauche, l’indication technique manuscrite « chaîne pivotant dans la griffe »
  • à droite, le petit croquis précis donnant la forme d’anneau qui sera finalement adoptée pour la chaîne.

Hormis la chimère elle-même, nombre d’éléments de ce dessin diffèrent du bijou final : ainsi, la chaînette est plus courte dans cette première version et les ornements de la montre ne sont pas encore dessinés ; quant aux feuilles ornant le socle, elles seront fortement modifiées sur les dessins suivants. Enfin, le motif de pomme de pin situé au bas du piédestal et au dessus de la chaînette n’a pas encore été imaginé.

L’accrochage de ces dessins étant conçu comme un écho graphique à la Galerie des bijoux du musée des Arts décoratifs, les visiteurs pourront y admirer la châtelaine réalisée d’après ce modèle (inv. 14851 F).

Morgane LANOUE