Archives mensuelles : octobre 2012

« Epistémologie du dessin, XIX-XXIe siècles : concepts, lectures et interprétations », séminaire d’Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada (CNRS/IHTP et Ecole des Chartes)

 ÉPISTÉMOLOGIE DU DESSIN, ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012-2013

Concepts, lectures et interprétations, XIX-XXIe siècle
*  *  *

Résumé

Par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui.

Présentation

Séminaire organisé par le CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et l’École nationale des Chartes (EA 3624 Histoire, mémoire et patrimoine) le vendredi, de 12h à 14h à l’Ecole des Chartes

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui. Certes rompus générationnellement à l’expérience des outils numériques, beaucoup demeurent convaincus, tels les frères Bouroullec que «  […] le dessin à main levée est une instance archaïque, le réceptacle de tensions normales entre la pensée d’un projet et sa réalité […] ».

 

Programme

Introduction

Séance 1/ 5 octobre 2012. Le dessin : questions d’épistémologie (Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada)

Pratiques culturelles du dessin

Séance 2/ 26 octobre 2012. Les collectionneurs de dessins : histoire de goûts et trajectoires sociales (Pierre Rosenberg)

Séance 3/16 novembre 2012. Les Cabinets de dessins dans les musées français : histoire et historiographie (Alice Thomine-Berrada)

Séance 4/ 30 novembre 2012. Le Dessin, un « happening » socio-culturel ? (Hervé Aaron [sous réserve], Salon du Dessin et Christine Phal, Drawing now Paris)

Lectures pluridisciplinaires du dessin

Séance 5/ 15 février 2013. Dessins et écriture : éléments de critique génétique (Almuth Grésillon, CNRS-ITEM)

Séance 6/ 22 février 2013.  Le dessin d’écrivain (Yves Chevrefils-Desbiolles, IMEC)

Séance 7/ 22 mars 2013. Quand les philosophes analysent le dessin (Jean-Luc Nancy)

Séance 8/ 19 avril 2013. Gaëtan Picon, généticien du dessin d’artiste (Agnès Callu)

Egohistoires de créateurs

Séance 9/ 17 mai 2013 Le dessin, « activateur de pensée » (Ronan et Erwan Bouroullec)

Conclusions

Séance 10/ 24 mai 2013. Conclusion de la première année du séminaire (Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada)

 

Organisatrices

  • Agnès Callu (Musée des Arts décoratifs, IHTP/CNRS, EPHE)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire contemporaine de l’IEP de Paris/ Sciences Po (thèse publiée sur le philosophe esthéticien et critique d’art Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à Sciences Po (CHSP), chargé de conférences à l’École pratique des hautes études (EPHE).

  • Alice Thomine-Berrada (Musée d’Orsay)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire de l’art de l’EPHE (thèse publiée sur l’architecte Émile Vaudremer,1829-1914), Alice Thomine-Berrada est historienne de l’art, conservateur du patrimoine au musée d’Orsay, chargé de la collection de dessins d’architecture.

 

Lieux

  • École des Chartes (grande Salle, premier étage) – 19 rue de La Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 05 octobre 2012
  • vendredi 26 octobre 2012
  • vendredi 16 novembre 2012
  • vendredi 30 novembre 2012
  • vendredi 15 février 2013
  • vendredi 22 février 2013
  • vendredi 22 mars 2013
  • vendredi 19 avril 2013
  • vendredi 17 mai 2013
  • vendredi 24 mai 2013

 

« Comprendre le XXe siècle des musées, III », séminaire d’Agnès Callu (EPHE)

 

HISTOIRE DES INSTITUTIONS ET DES ACTEURS CULTURELS AU XXe SIÈCLE  (2012-2013)

Avançant une analyse tout à la fois stratégique, identitaire et culturelle, nouée autour de la théorie des conventions, singularisant les réseaux et les modes de traduction, ce programme réfléchit à la fonction sociale et au capital symbolique du musée dans la société culturelle et dans la sensibilité culturelle. Aussi bien, du côté de l’abscisse, de la société donc, sur un schéma binaire, il questionne le musée et le politique, le musée et l’économie, le musée et la société (du-dedans et au dehors) enfin, une sociologie du travail au musée. Du côté de l’ordonnée, se rapprochant des emotional studies, il examine la place du musée non seulement dans les imaginaires sociaux, segmentés par le facteur générationnel, mais aussi à l’échelle du ressenti personnel des individus.

 

Avec le soutien du Labex CAP (Création, Arts et Patrimoines). École pratique des hautes études, EPHE, 2012-2013, Séminaire d’Agnès Callu

Le mardi de 18h à 20h, Salle EPHE de l’INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris

Comprendre le XXe siècle des musées, (III)

Choisir d’installer sur la table universitaire le musée du XXe siècle comme objet historique suppose d’apprécier les enjeux politiques, sociaux, culturels et économiques qu’il suscite, à l’échelle de l’État comme des collectivités territoriales, dans une société ouverte à la novation esthétique et patrimoniale en même temps qu’elle adopte l’acculturation des codes hiérarchiques et les évolutions entrepreneuriales ou technologiques. Outre le commentaire, sur le mode historiographique, de la production scientifique du domaine – plurielle car distribuée, parfois en tensions, autour de deux pôles souvent opposés : l’Histoire culturelle et l’Histoire de l’art – un panorama des matériaux disponibles à la recherche s’avère l’indispensable préalable. Puis, prenant appui sur des fondations méthodologiques dès lors posées, plusieurs thèmes sont abordés, questionnant, en longue durée, le musée et ses représentations, entre élitisme social, promotion de la culture pour tous ou merchandising des biens culturels. Sont alors ouvertes et/ou creusées – souvent en diachronie à l’aide du témoignage d’anciens acteurs – plusieurs pistes de réflexion amenant à discuter la figure du musée dans les imaginaires collectifs, le capital symbolique d’un geste architectural, le trilogue entre l’œuvre, l’artiste et le conservateur ou bien encore la place des hommes : érudits, bâtisseurs ou décideurs dans la structuration et le fonctionnement de celui qui, entre désir et pédagogie, se définit comme « une institution permanente […] au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation […] ».

 

Programme

Séance 1). 13 novembre 2012. Objet(s), méthode(s) et historiographie(s)

Ecrire sur les institutions patrimoniales (Agnès Callu, EPHE, Raphaëlle Renard-Foultier, Paris I et Susanna Muston, Paris 8)

Séance 2). 27 novembre 2012. Politique(s) et musées

Le ministère de la Culture et les musées dans les années 1980 (Jack Lang et Laurent Martin, Sciences Po )

Séance 3). 4 décembre 2012. L’énarchie dans les musées

Profil d’un « grand commis culturel » (Stéphane Martin, Président du musée du Quai Branly et Brigitte Gilardet, Sciences Po)

Séance 4). 11 décembre 2012. Analyser l’art au musée

Penser le patrimoine (Roland Recht, Collège de France et Agnès Callu)

Séance 5). 5 février 2013. Favoriser les musées

Egohistoire d’une collection privée (Pierre Bergé [sous réserve] et Laurent Le Bon, Centre Pompidou Metz)

Séance 6). 26 février 2013. Musées et lieux de création

Exposer/créer : nouveaux espaces et concepts (Jean-Manuel Gonçalvès, directeur du CentQuatre et Agnès Callu)

Séance 7). 5 mars 2013. L’artiste dans le musée

« L’entrée » au musée : fonctions et significations (Julian Schwarz [sous réserve], Agnès Callu et Emmanuelle de l’Ecotais, musée d’art moderne de la Ville de Paris)

Séance 8). 19 mars 2013. Scénographier le musée

Créer pour valoriser la création : scénographe de musées (Richard Peduzzi [sous réserve])

Séance 9). 9 avril 2013. Design/musée : consolidation d’un tandem

Acculturation du « beau dans l’utile » (Christine Colin, ministère de la Culture et Claire Leymonerie, CNRS/CERTOP)

Séance 10). 29 mai 2013. Conclusions

Présentation du séminaire 2012-2013 (Agnès Callu)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire contemporaine de l’IEP de Paris (thèse publiée sur le philosophe esthéticien et critique d’art Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à Sciences Po (CHSP), chargé de conférences à l’École pratique des hautes études (EPHE).

http://calenda.org/220469