Archives mensuelles : avril 2013

Fééries graphiques d’Emilio Terry : sélection critique de proto-dessins

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 8 – Salle Royère
 
26 mars 2013 – 10 juin 2013
 

Baroque et néo-classique, inventeur du « style Louis XVII », admirateur de Palladio ou de Ledoux, Emilio Terry (1890-1969) continue de nourrir les imaginations et imaginaires confluents des dessinateurs, architectes, décorateurs ou paysagistes français et étrangers. La présentation d’une vingtaine d’œuvres issues de l’exceptionnelle collection du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs (pas moins de 1200 dessins), autorise, sur le principe de l’accumulation, les comparaisons et les référencements divers, la couverture d’un prisme temporel ouvert des années 1930 aux tournants de la décennie 1970, la matérialité des commandes réalisées (ou à l’état d’in progress car demeurées inachevées), la restitution des liens de sociabilités hexagonaux et internationaux noués par le créateur connecté à de nombreux réseaux sociaux (versus Boni de Castellane) et assuré d’une clientèle renommée (d’Anna de Noailles à Charles de Beistegui).

 

Jet d’eau et construction de feuillages Emilio Terry y Sanchez (1890-1969) France, XXe siècle Plume, encre de Chine et lavis Legs Terry y Sanchez, 1972 Inv. 47773.79 © Les Arts Décoratifs

Jet d’eau et construction de feuillages. Emilio Terry y Sanchez (1890-1969). France, XXe siècle. Plume, encre de Chine et lavis. Legs Terry y Sanchez, 1972. Inv. 47773.79. © Les Arts Décoratifs

 

 

Projet pour un pavillon Emilio Terry y Sanchez (1890-1969) France, 1932 Crayon, plume, encre de Chine et lavis Legs Terry y Sanchez, 1972 Inv. 47773.72 © Les Arts Décoratifs

Projet pour un pavillon. Emilio Terry y Sanchez (1890-1969). France, 1932. Crayon, plume, encre de Chine et lavis. Legs Terry y Sanchez, 1972. Inv. 47773.72. © Les Arts Décoratifs

 

 

Grotte marine Emilio Terry y Sanchez (1890-1969) France, XXe siècle Plume, encre de Chine et lavis Legs Terry y Sanchez, 1972 Inv. 47773.37 © Les Arts Décoratifs

Grotte marine. Emilio Terry y Sanchez (1890-1969). France, XXe siècle. Plume, encre de Chine et lavis. Legs Terry y Sanchez, 1972. Inv. 47773.37. © Les Arts Décoratifs

 

 

 

Accrochage – Dessins d’Augustin Dupré (1748-1833) : abstract

 

Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 3 – Salle 15
 
3 avril 2013 – 13 juin 2013

Graveur général des monnaies de France entre 1791 et 1803, Augustin Dupré est une figure majeure de la numismatique française. Natif de Saint-Etienne, il quitte à vingt ans les ateliers de gravure de la manufacture royale d’armes, se rend à Paris où il parfait sa formation d’orfèvre ciseleur et débute, à partir de 1770, une carrière de graveur en médailles. Elève de l’Académie royale de peinture et de sculpture, protégé de Houdon, ami de l’éminent Jacques-Louis David, l’artiste noue de solides relations dans les milieux institutionnels. Son sens de la composition, sa parfaite maîtrise de la glyptique lui valent plusieurs commandes importantes : parmi elles, la médaille Libertas americana, commandée par Benjamin Franklin pour célébrer l’indépendance américaine.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Esquisse pour un flambeau-candélabre, pied composé de trois amours. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Sous la Révolution, Dupré adapte ses thèmes aux nouveaux idéaux patriotiques et affirme ses positions sur l’inévitable réforme du système monétaire. Nommé Graveur général en 1791, à la suite du concours lancé par l’Académie, il centralise la production des coins utilisés pour la frappe des monnaies dans les ateliers de l’Hôtel des monnaies de Paris, comme il participe à l’élaboration des nouveaux types monétaires engendrés par la chute de l’Ancien Régime et l’adoption du système décimal. Son action, sous-qualifiée par certains, méprisée par d’autres, ne survit pourtant pas au Consulat. Augustin Dupré continue à dessiner, graver, exposer mais ne connaît qu’une reconnaissance tardive.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.15.A © Les Arts Décoratifs

Salières et modèles d’arquebuserie. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.15.A
© Les Arts Décoratifs

L’œuvre dessinée de celui que l’on présenta comme « l’auteur d’une sorte de régénération » de la gravure en médaille, dévoile, sous un trait sûr et inventif, les facettes d’un art nourri d’Antiquité, servi par un sens du modelé préfigurant le bas-relief. La technicité du travail s’impose dans les délicates réflexions décoratives autant que dans les compositions historiques audacieuses. Issus de la collection du comte Jacques Victor de la Béraudière (1864-1949) et achetés en vente publique en 1885, quelque trente dessins de l’artiste, enrichis d’un album de croquis, proposent au regard, outre des scènes pour des modèles de médailles, des recherches graphiques préliminaires à la réalisation de pièces d’orfèvrerie. Ainsi, l’intelligence sensible du geste créateur d’Augustin Dupré trouve la pleine occasion de se faire connaître et de rendre hommage à l’intense collection du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs.

Pauline Juppin

 

Flambeau Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Flambeau. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Accrochage – Eugène Lami (1800-1890), dessinateur de la « vie élégante »

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 4 – Couloir XIXe
 
3 avril 2013 – 10 juin 2013
 

Henri Béraldi décrivait Eugène Lami (1800-1890) comme « l’artiste épris de modernité et d’élégance, peintre de la vie contemporaine, qui a su voir (c’est remarquable !) un XIXe siècle aristocratique, et même chatoyant ; un XIXe siècle de fashion, de sport, de chasse, de fêtes, de revues et de galas ». Formé à la peinture avec Horace Vernet, poursuivant son apprentissage auprès du Baron Gros et au contact de Géricault, il apprend encore l’art et la technique d’un Richard Parkes Bonington. Peintre officiel de Louis-Philippe à partir de 1832, Lami devient un proche des enfants du roi. C’est tout naturellement qu’il se voit confier la décoration des appartements du duc d’Orléans, du duc de Nemours ou encore du duc d’Aumale. A l’origine talentueux lithographe, il devient un virtuose de l’aquarelle (il est à la source, on s’en souvient, de la Société des aquarellistes français). Ses dessins de projets de décoration intérieure (aboutis ou plus féériques encore quand, in progress, ils surgissent en aplats de couleur) assurent sa renommée. Son nom, singulièrement, est attaché à celui de James de Rothschild, pour qui il imagine le chatoiement lavé de décors et ornements du château de Ferrières ou de celui de Boulogne. Là, ses qualités de coloriste, toujours, soulèvent l’enthousiasme des critiques contemporains.

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890) France, [vers 1852-1870] Crayon et aquarelle Achat du musée, 1890 Inv. CD 5732.8 © Les Arts Décoratifs

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890). France, [vers 1852-1870]. Crayon et aquarelle. Achat du musée, 1890. Inv. CD 5732.8 © Les Arts Décoratifs

Le département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs invite à redécouvrir ce « poète du dandysme officiel », salué par Baudelaire, en présentant une vingtaine de dessins d’exception –achetés et donnés entre 1890 et 1967, la générosité de David David-Weill, une nouvelle fois, se manifeste en 1936 – récemment restaurés grâce au mécénat de la Fondation de France.

Agnès Callu

 

Projet pour les appartements de réception du duc de Nemours aux Tuileries Eugène Lami (1800-1890) France, [vers 1844] Crayon et aquarelle Don David-Weill, 1936 Inv. 32458.A © Les Arts Décoratifs

Projet pour les appartements de réception du duc de Nemours aux Tuileries. Eugène Lami (1800-1890), France, [vers 1844]. Crayon et aquarelle. Don David-Weill, 1936. Inv. 32458.A © Les Arts Décoratifs

 

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890) France, [vers 1852-1870] Crayon, encre brune et aquarelle Achat du musée, 1890 Inv. CD 5732.3 © Les Arts Décoratifs

Projet de plafond. Eugène Lami (1800-1890). France, [vers 1852-1870]. Crayon, encre brune et aquarelle. Achat du musée, 1890. Inv. CD 5732.3 © Les Arts Décoratifs