Archives par étiquette : fleur

Redécouvrir Décorchemont (1880-1971) : panorama d’un fonds

Une importante production de dessins préparatoires du verrier et céramiste François Décorchemont (1880-1971), figure artistique emblématique des arts du feu au XXe siècle, est conservée au Cabinet des dessins du musée des Arts décoratifs. Passé maître dans le travail de la pâte de verre, l’artiste a su tirer parti des spécificités de la matière (transparence, luminosité, malléabilité) pour concevoir un style formel d’une grande finesse, servi par un emploi virtuose de la couleur. L’ensemble de dessins conservé au musée, constitué de croquis de verrerie et d’études de vitraux, rend compte de l’ensemble de son activité, de ses premières esquisses d’adolescent, dans les années 1890, à la fin de sa carrière. Il complète le fonds d’archives détenu au Centre du Verre du musée des Arts décoratifs, que Véronique Ayroles a largement valorisé dans sa monographie sur l’artiste (François Décorchemont, maître de la pâte de verre, Paris, 2006). Tout juste sorti de l’enfance, le jeune François Décorchemont révèle, dans des études florales, un talent artistique certain. Cette tendance s’affirme à l’École des arts décoratifs de Paris (de 1895 à 1900) : là, la finesse du trait et le goût sûr des couleurs transparaissent déjà.

Etude de fleurs, François Décorchemont, 1892, gouache sur papier. Inv. 57205.2 - © Les Arts Décoratifs

C’est à la fin de cet enseignement que Décorchemont s’oriente vers la céramique, puis la verrerie. Les dizaines d’études de vases conservées, souvent réalisées au crayon ou à l’encre sur des pages de carnet, apportent un éclairage délicat et intimiste sur sa recherche des formes « à vif ». Datées des années 1910-1920, elles expriment l’évolution du style du verrier, des motifs  naturalistes de l’Art nouveau aux lignes plus sobres et « robustes » de l’Art déco.

Etude de verrerie, François Décorchemont, 1920-25, crayon sur papier. Inv. 57214.42 - © Les Arts Décoratifs

Si, jusqu’aux années 1930, ses réalisations de verrerie (vases, pots, coupes…) lui assurent une renommée internationale et constituent l’essentiel de son œuvre, Décorchemont déporte ensuite son savoir-faire vers une nouvelle sphère, celle du vitrail où, toujours en prestidigitateur de la lumière, il met sa technique au service d’une approche davantage structurelle. A l’exception de quelques commandes civiles (par exemple le décor de l’Hôtel de ville de Vernon), l’iconographie religieuse domine la seconde partie de sa carrière. Esquisses de saints, d’anges et de figures auréolées, projets polychromes de vitraux pour de nombreuses églises de l’Eure (Conches, Etrépagny, Beuzeville…), terre natale de Décorchemont, ou pour l’église Sainte-Odile à Paris, traduisent cette fois la religiosité de l’artiste et l’attachement à ses racines.

Projet de vitrail, François Décorchemont, 1955. Gouache sur papier. Inv. 57249.10 - © Les Arts Décoratifs

 

Pauline JUPPIN