Archives par étiquette : gravure

Accrochage – Dessins d’Augustin Dupré (1748-1833) : abstract

 

Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 3 – Salle 15
 
3 avril 2013 – 13 juin 2013

Graveur général des monnaies de France entre 1791 et 1803, Augustin Dupré est une figure majeure de la numismatique française. Natif de Saint-Etienne, il quitte à vingt ans les ateliers de gravure de la manufacture royale d’armes, se rend à Paris où il parfait sa formation d’orfèvre ciseleur et débute, à partir de 1770, une carrière de graveur en médailles. Elève de l’Académie royale de peinture et de sculpture, protégé de Houdon, ami de l’éminent Jacques-Louis David, l’artiste noue de solides relations dans les milieux institutionnels. Son sens de la composition, sa parfaite maîtrise de la glyptique lui valent plusieurs commandes importantes : parmi elles, la médaille Libertas americana, commandée par Benjamin Franklin pour célébrer l’indépendance américaine.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Esquisse pour un flambeau-candélabre, pied composé de trois amours. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire, plume et encre métallo-gallique sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.17.A © Les Arts Décoratifs

Sous la Révolution, Dupré adapte ses thèmes aux nouveaux idéaux patriotiques et affirme ses positions sur l’inévitable réforme du système monétaire. Nommé Graveur général en 1791, à la suite du concours lancé par l’Académie, il centralise la production des coins utilisés pour la frappe des monnaies dans les ateliers de l’Hôtel des monnaies de Paris, comme il participe à l’élaboration des nouveaux types monétaires engendrés par la chute de l’Ancien Régime et l’adoption du système décimal. Son action, sous-qualifiée par certains, méprisée par d’autres, ne survit pourtant pas au Consulat. Augustin Dupré continue à dessiner, graver, exposer mais ne connaît qu’une reconnaissance tardive.

 

Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Pierre noire sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.15.A © Les Arts Décoratifs

Salières et modèles d’arquebuserie. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Pierre noire sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.15.A
© Les Arts Décoratifs

L’œuvre dessinée de celui que l’on présenta comme « l’auteur d’une sorte de régénération » de la gravure en médaille, dévoile, sous un trait sûr et inventif, les facettes d’un art nourri d’Antiquité, servi par un sens du modelé préfigurant le bas-relief. La technicité du travail s’impose dans les délicates réflexions décoratives autant que dans les compositions historiques audacieuses. Issus de la collection du comte Jacques Victor de la Béraudière (1864-1949) et achetés en vente publique en 1885, quelque trente dessins de l’artiste, enrichis d’un album de croquis, proposent au regard, outre des scènes pour des modèles de médailles, des recherches graphiques préliminaires à la réalisation de pièces d’orfèvrerie. Ainsi, l’intelligence sensible du geste créateur d’Augustin Dupré trouve la pleine occasion de se faire connaître et de rendre hommage à l’intense collection du département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs.

Pauline Juppin

 

Flambeau Augustin Dupré (1748-1833) France, ca. [1770-1833] Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru Achat du musée, vente La Béraudière, 1885 Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Flambeau. Augustin Dupré (1748-1833). France, ca. [1770-1833]. Sanguine, pierre noire, plume et encre sur papier vergé écru. Achat du musée, vente La Béraudière, 1885. Inv. 1009.B © Les Arts Décoratifs

Accrochage « Physionotraces : galerie de portraits, de la Révolution à l’Empire »

 
Musée des Arts décoratifs
107 rue de Rivoli – 75001 Paris
Niveau 3 – Salle 15
 
28 mars 2012 – 2 juillet 2012
 

Le Cabinet des Dessins du musée des Arts décoratifs propose à la connaissance cinquante-quatre portraits d’anonymes, réalisés à la fin du XVIIIe et au début du XIXesiècle grâce au physionotrace. Cette curieuse machine, inventée par Gilles-Louis Chrétien en 1784, reproduit, par un procédé de mécanisation du dessin, l’exacte physionomie du sujet sous la forme d’une esquisse grandeur nature, réduite puis gravée en série. Le succès de ces petites effigies, jugées frappantes de ressemblance par les contemporains, ne se fait pas attendre. À la Révolution, puis sous l’Empire, toute la bonne société (nobles, bourgeois, politiciens ou intellectuels) vient se faire portraiturer, dans le quartier du Palais-Royal, en quelques minutes et à moindre coût.

 

Portrait de femme, Edme Quenedey (1756-1830), 1801-1805, dessin au physionotrace, gravure. Inv. 43549. © Les Arts Décoratifs

 

Le physionotrace, dont le fonctionnement suscite plusieurs hypothèses, est aujourd’hui mieux connu. Il s’agit d’une haute armature de bois dressée sur pieds, de 1,75 m de hauteur sur 65 cm de largeur. Le sujet se place de profil dans l’encadrement de l’appareil, sur un fond noir, immobile, la tête calée par un support. Entre les montants se trouve, à la verticale, un large pantographe (instrument formé de tiges articulées, permettant de produire une copie proportionnelle au dessin original), dont l’une des branches se prolonge sur 1 m environ. Celle-ci, mobile, s’abaisse ou s’élève en fonction des mouvements effectués par l’opérateur. Sur le côté de cette grande règle se tient un « visier », constitué de deux fils se coupant perpendiculairement. Fixé à son extrémité, un crayon reproduit sur une feuille de papier le parcours tracé par le dessinateur, qui suit avec son « œil » les contours du modèle. En quelques minutes, il obtient un profil grandeur nature de la figure et du buste du client, appelé « grand trait ». Il s’emploie ensuite à compléter le plus fidèlement possible cette ébauche avec les détails du visage et du vêtement. Commence alors le travail de réduction, cette fois grâce à un pantographe ordinaire. Le dessin est reporté sur une plaque de cuivre, puis gravé à l’eau-forte en plusieurs exemplaires. Moins d’une semaine après la séance de pose, l’artisan fournit ainsi au client un package comprenant le tracé grandeur nature, la plaque de métal gravée, ainsi que douze tirages. Si l’acheteur en a les moyens (au moins 3 livres de plus par exemplaire colorié), ces « physionotraces » peuvent être aquarellés, ou même directement gravés en couleur.

 

Homme de trois-quart cheveux poudrés noués, Edme Quenedey (1756 - 1830), XVIIIe siècle (fin) physionotrace, gravure. Inv. 43578 © Les Arts Décoratifs

 

En France, le physionotrace ne semble avoir été utilisé sous sa forme la plus aboutie que par Chrétien et ses associés successifs. Quelques silhouettistes s’essayent au procédé, mais sans acquérir la même renommée. Edme Quenedey (1756-1830) est sans doute celui qui fournit la production la plus importante : à preuve, les quelques 2800 portraits conservés à la Bibliothèque nationale de France. Dessinateur et graveur, il se met à son compte après la fin de sa collaboration avec Chrétien en 1789. Émigré à l’étranger de 1794 à 1801, Quenedey exporte la technique à Hambourg. L’inventeur de la machine continue lui aussi à exploiter le procédé de son côté, puis s’associe successivement aux dessinateurs Fouquet et Fournier. À la mort de Chrétien en 1811, Étienne Bouchardy reprend l’affaire. La production ne cesse malheureusement de décroître en France, et l’arrivée de la photographie rend le procédé rapidement dépassé. Aux États-Unis, de 1794 à 1814, le Français Févret de Saint-Mémin introduit la technique : il laisse à la postérité plusieurs centaines de portraits de personnalités américaines, à l’instar de Georges Washington ou Thomas Jefferson.

 

Femme de profil portant des poissardes, Edme Quenedey (1756-1830), XVIIIe siècle (fin), dessin au physionotrace, gravure. Inv. 43574 © Les Arts Décoratifs

 

La cinquantaine de physionotraces exposés par le Cabinet des Dessins du musée des Arts décoratifs est issue d’un corpus comptant une centaine d’œuvres, entrées dans les collections en 1970 grâce au legs de Marie-Odette Achouch-Gourandy, fille adoptive du général Gourandy. L’ensemble est particulièrement représentatif de la production entre le début de la commercialisation de ces portraits en 1788 et le déclin du procédé dans les années 1820. La reproduction exacte des traits, autant que la rapidité d’exécution, annoncent les prémices de la photographie. La présence de figures anonymes comme celle de personnages bien connus de l’Histoire, hommes et femmes, démontre la popularité de cette technique à bon marché qui démocratise l’art du portrait. L’intérêt des œuvres n’est pas seulement esthétique ou historique. En filigrane des bouleversements politiques d’une période de fracture, les physionotraces dessinent également une histoire sociologique du goût, accessible par l’interprétation à donner aux évolutions des ornements du corps, du costume à la coiffure.

Pauline Juppin