Archives par étiquette : histoire de l’art

Epistémologie du dessin (2014-2015), XIX-XXIe siècles : concepts, lectures et interprétations”, séminaire d’Agnès Callu (CNRS/IHTP et Ecole des Chartes)

ÉPISTÉMOLOGIE DU DESSIN, ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014-2015

 

Concepts, lectures et interprétations, XIX-XXIe siècle

Séminaire organisé par le CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et l’École nationale des Chartes, année universitaire 2013/2014

les vendredis de 12h à 14h à l’École nationale des Chartes.

  • École nationale des Chartes, premier étage, grande salle – 19, rue de La Sorbonne 
    Paris, France (75005)

 

Par Agnès CALLU (École des Chartes, CNRS/IHTP)

 

Résumé

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique.

 

Responsable scientifique

  • Agnès CALLU (École des Chartes, CNRS/IHTP)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine (INP), Docteur en histoire contemporaine de l’IEP / Sciences Po – Paris (PhD) (thèse publiée sur le philosophe nietzschéen Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Habilitée à diriger des recherches (HDR) à l’EPHE (dossier d’habilitation intitulé « Culture, Médias et Patrimoines : enjeux contemporains »), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur permanent au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et chercheur associé à Sciences Po (Centre d’Histoire de Sciences Po, CHSP), chargé de cours l’École nationale des Chartes.

 

Présentation

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création la plus contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui. Certes rompus générationnellement à l’expérience des outils numériques, beaucoup demeurent convaincus, tels les frères Bouroullec que «  […] le dessin à main levée est une instance archaïque, le réceptacle de tensions normales entre la pensée d’un projet et sa réalité […] ».

 

Programme

Pratiques culturelles du dessin

  • Séance 1/ 17 octobre 2014. « Les Cahiers dessinés : enjeux et perspectives » (Agnès Callu, ENC/IHTP-CNRS et Frédéric Pajac, dessinateur et écrivain)
  • Séance 2/7 novembre 2014. « Galeries de dessins et galeristes au tournant des années 2000 : état de situation » (Philippe Piguet, critique d’art)
  • Séance 3/ 14 novembre 2014. « Le marché du dessin : une cote et des ventes » (Mathieu Fournier, Artcurial [sous réserve])

Lectures pluridisciplinaires du dessin

  • Séance 4/12 décembre 2014. « Le dessin et l’enseignement des arts plastiques dans les années 1970 » (Jean-Miguel Pire, École pratique des hautes études)
  • Séance 5/ 30 janvier 2015. « Conditions d’une lecture esthétique du dessin » (Pierre-Philippe Jeandin, Collège international de Philosophie)
  • Séance 6/ 13 février 2015. « Pour une génétique esthétique des carnets de Miró » (Agnès Callu, ENC/CNRS-IHTP)
  • Séance 7/20 février 2015. Le dessin chez Prévert : analyse littéraire et esthétique » (Carole Aurouet, Université Paris Est-Marne-La-Vallée)
  • Séance 8/ 13 mars 2015. « Le dessin de Roni Horn : influences Dickinsoniennes » (Marjorie Micucci, Université Paris Diderot Paris 7)
  • Séance 9/ 20 mars 2015. « Le dessin industriel : à l’aplomb du beau et de l’utile » (Jérémie Cerman, Université Paris-Sorbonne)
  • Séance 10/ 27 mars 2015. « Existe-t-il un art des fous ? » (Anne-Marie Dubois, Centre hospitalier Sainte-Anne)

Egohistoires de créateurs

  • Séance 11/ 10 avril 2015. « Trajectoire, création, explicitation » (Alexis Yebra, artiste plasticien)

 

Conclusions

  • Séance 12/ 17 avril 2015« Conclusions du séminaire, III » (Agnès Callu)

DATES

  • vendredi 17 octobre 2014
  • vendredi 07 novembre 2014
  • vendredi 14 novembre 2014
  • jeudi 04 décembre 2014
  • vendredi 30 janvier 2015
  • vendredi 13 février 2015
  • vendredi 20 février 2015
  • vendredi 13 mars 2015
  • vendredi 20 mars 2015
  • vendredi 27 mars 2015
  • vendredi 10 avril 2015
  • vendredi 17 avril 2015

 

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Agnès Callu
    courriel : acallu [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Epistémologie du dessin (2014-2015) », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 22 août 2014, http://calenda.org/297142

“Epistémologie du dessin, XIX-XXIe siècles : concepts, lectures et interprétations”, séminaire d’Agnès Callu (CNRS/IHTP et Ecole des Chartes)

 

ÉPISTÉMOLOGIE DU DESSIN, ANNÉE UNIVERSITAIRE 2013-2014

Concepts, lectures et interprétations, XIX-XXIe siècle

Séminaire organisé par le CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et l’École nationale des Chartes, année universitaire 2013/2014

Par Agnès CALLU (École des Chartes, CNRS/IHTP)

 

Le vendredi de 12h à 14h à l’Ecole des Chartes

Grande Salle, premier étage – 19, rue de la Sorbonne
Paris, France (75005)

PrésentationRéfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui. Certes rompus générationnellement à l’expérience des outils numériques, beaucoup demeurent convaincus, tels les frères Bouroullec que « […] le dessin à main levée est une instance archaïque, le réceptacle de tensions normales entre la pensée d’un projet et sa réalité […] ». 

Programme

Pratiques culturelles du dessin

Séance 1/ 11 octobre 2013.

  • « Régimes d’historicité des Cabinets d’art graphique : Le Louvre et les Arts décoratifs » (Agnès Callu et Lizzie Boubli, Louvre, CNRS-ITEM)

Séance 2/25 octobre 2013.

  • « Autour de Dess(e)ins : les traces habiles » (Claire Combeau, directrice de collection)

Séance 3/ 15 novembre 2013.

  • « Le Dessin : cartographie critique des lieux de création et monstration » (François-Marie Deyrolle, éditeur)

Lectures pluridisciplinaires du dessin

Séance 4/ 29 novembre 2013.

  • « Aragon dessinateur ou l’autre geste d’écrire » (Luc Vigier, Université de Poitiers, CNRS-ITEM)

Séance 5/ 6 décembre 2013.

« L’architecte et le dessin : critique et interprétation du graphe » (Jean-Philippe Garric, Paris I)

Séance 6/ 14 février 2014.

« Pour une génétique esthétique des carnets de Miró » (Agnès Callu, Ecole nationale des Chartes)

Séance 7/ 21 février 2014.

  • « Fondations et architectures : de l’ornement et de l’écrit japonisants aux recueils (v.1860-1900) » (Sabine Pasdelou, Paris Ouest-Nanterre-La Défense)

Séance 8/ 7 mars 2014.

« Pour une histoire globale des gestes techniques : le dessin en régime de fabrique (XVIIIe-XIXe siècles) » (Audrey Millet, Paris 8)

Séance 9/ 21 mars 2014.

« De la psychologie clinique du dessin : diagnostics et pratiques » (Claude Mesmin, Paris 8)

Égohistoires de créateurs

Séance 10/ 4 avril 2014.

« Marcher, Ecrire, Dessiner » (Jean-Christophe Norman, artiste plasticien)

Séance 11/ 25 avril 2014.

« Vers un Atlas du Temps présent » (Claire Malrieux, artiste plasticienne, ENSCI)

Conclusions

Séance 12/ 23 mai 2014.

  • « Conclusions du séminaire, II » (Agnès Callu)

 

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire contemporaine de l’IEP de Paris/ Sciences Po (thèse publiée sur le philosophe esthéticien et critique d’art Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur associé permanent au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à Sciences Po (CHSP), chargé de cours à l’École nationale des Chartes.

 

Dates

  • vendredi 11 octobre 2013
  • vendredi 25 octobre 2013
  • vendredi 15 novembre 2013
  • vendredi 29 novembre 2013
  • vendredi 06 décembre 2013
  • vendredi 14 février 2014
  • vendredi 21 février 2014
  • vendredi 07 mars 2014
  • vendredi 21 mars 2014
  • vendredi 04 avril 2014
  • vendredi 25 avril 2014
  • vendredi 23 mai 2014

Contacts

  • Agnès Callu
    courriel : acallu [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Épistémologie du dessin », Séminaire, Calenda, Publié le jeudi 12 septembre 2013, http://calenda.org/259012

« Epistémologie du dessin, XIX-XXIe siècles : concepts, lectures et interprétations », séminaire d’Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada (CNRS/IHTP et Ecole des Chartes)

 ÉPISTÉMOLOGIE DU DESSIN, ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012-2013

Concepts, lectures et interprétations, XIX-XXIe siècle
*  *  *

Résumé

Par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui.

Présentation

Séminaire organisé par le CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et l’École nationale des Chartes (EA 3624 Histoire, mémoire et patrimoine) le vendredi, de 12h à 14h à l’Ecole des Chartes

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui. Certes rompus générationnellement à l’expérience des outils numériques, beaucoup demeurent convaincus, tels les frères Bouroullec que «  […] le dessin à main levée est une instance archaïque, le réceptacle de tensions normales entre la pensée d’un projet et sa réalité […] ».

 

Programme

Introduction

Séance 1/ 5 octobre 2012. Le dessin : questions d’épistémologie (Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada)

Pratiques culturelles du dessin

Séance 2/ 26 octobre 2012. Les collectionneurs de dessins : histoire de goûts et trajectoires sociales (Pierre Rosenberg)

Séance 3/16 novembre 2012. Les Cabinets de dessins dans les musées français : histoire et historiographie (Alice Thomine-Berrada)

Séance 4/ 30 novembre 2012. Le Dessin, un « happening » socio-culturel ? (Hervé Aaron [sous réserve], Salon du Dessin et Christine Phal, Drawing now Paris)

Lectures pluridisciplinaires du dessin

Séance 5/ 15 février 2013. Dessins et écriture : éléments de critique génétique (Almuth Grésillon, CNRS-ITEM)

Séance 6/ 22 février 2013.  Le dessin d’écrivain (Yves Chevrefils-Desbiolles, IMEC)

Séance 7/ 22 mars 2013. Quand les philosophes analysent le dessin (Jean-Luc Nancy)

Séance 8/ 19 avril 2013. Gaëtan Picon, généticien du dessin d’artiste (Agnès Callu)

Egohistoires de créateurs

Séance 9/ 17 mai 2013 Le dessin, « activateur de pensée » (Ronan et Erwan Bouroullec)

Conclusions

Séance 10/ 24 mai 2013. Conclusion de la première année du séminaire (Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada)

 

Organisatrices

  • Agnès Callu (Musée des Arts décoratifs, IHTP/CNRS, EPHE)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée sur la Réunion des musées nationaux sous la IIIe République, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire contemporaine de l’IEP de Paris/ Sciences Po (thèse publiée sur le philosophe esthéticien et critique d’art Gaëtan Picon, Prix Chaix d’Est Ange), Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargé du Cabinet des Dessins, chercheur associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à Sciences Po (CHSP), chargé de conférences à l’École pratique des hautes études (EPHE).

  • Alice Thomine-Berrada (Musée d’Orsay)

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes et de l’Institut national du Patrimoine, Docteur en histoire de l’art de l’EPHE (thèse publiée sur l’architecte Émile Vaudremer,1829-1914), Alice Thomine-Berrada est historienne de l’art, conservateur du patrimoine au musée d’Orsay, chargé de la collection de dessins d’architecture.

 

Lieux

  • École des Chartes (grande Salle, premier étage) – 19 rue de La Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 05 octobre 2012
  • vendredi 26 octobre 2012
  • vendredi 16 novembre 2012
  • vendredi 30 novembre 2012
  • vendredi 15 février 2013
  • vendredi 22 février 2013
  • vendredi 22 mars 2013
  • vendredi 19 avril 2013
  • vendredi 17 mai 2013
  • vendredi 24 mai 2013