Archives par étiquette : salon du dessin

Etude autour d’un accrochage : Des collectionneurs, des dessins et des marques

marque d'Eugène Delacroix - © Les Arts Décoratifs

Marque d'Eugène Delacroix - © Les Arts Décoratifs

Aborder la question pointue des dessins « marqués » au département des Arts graphiques du musée des Arts décoratifs suppose de les rapporter à l’ensemble de la collection du musée, de revenir aux notions fondatrices d’identité et de propriété, de clarifier enfin le propos didactique d’un  accrochage n’affichant qu’une petite vingtaine d’oeuvres. D’abord donc, à la manière d’un bref prologue, il s’avère utile de proposer un historique du Cabinet des dessins (désormais appelé Département des Arts graphiques), ou au moins, très schématiquement, d’énoncer les grands corpus qui assurent la notoriété nationale mais internationale aussi de ses collections.

 

 

 

Marque de Roger Portalis, écrivain d'art et collectionneur - © Les Arts Décoratifs

Ensuite, plus spécifiquement, en note séminale, il faut poser la notion de « Marques de collections », chevillée au profil intellectuel et esthète de Frédéric Lugt, lui-même, fortement associé aux ambitions historiques de la Fondation Custodia : elle vient de réaliser l’admirable effort que l’on sait en direction d’une mise en ligne1 qui sert le travail historien, lui-même développé, depuis 2010, à l’occasion de rencontres scientifiques visant le progrès des connaissances sur un domaine demeuré ardu2.

 

 

 

 

Marque d'Henri de Triqueti, collectionneur - © Les Arts Décoratifs

Enfin, adossé à des visuels qui créent l’échange, il est possible, sur le mode interactif,
de construire un parcours, rapide encore, fatalement simplifié, des dix-sept œuvres présentées à l’occasion de cet accrochage, expression préférée à celle d’exposition dans la mesure où le corpus sollicité est non seulement très resserré mais aussi, peut-être surtout, composé à la manière d’un florilège avec toutes les lacunes et fragmentations notionnelles aussi bien qu’esthétiques que cela suggère.

 

 

 

 

Lire la suite de l’article écrit par Agnès Callu et Julie Marical dans le cadre de l’accrochage « Marques de Collections » au musée des Arts décoratifs (mai-août 2011) : « Des collectionneurs, des dessins et des marques ».

 

1 http://www.fondationcustodia.fr/francais/merkenboek/default.cfm?gr=menu2
2 Cf. Peter Fuhring (dir.), Les marques de collection. I / Cinquièmes Rencontres internationales du Salon du dessin, 24
et 25 mars 2010, Paris, Société du Salon du dessin, 2010.

Accrochage « Marques de collections »

Musée des Arts décoratifs

107 rue de Rivoli – 75001 Paris

De mai à août 2011

A l’occasion du Salon du dessin 2011, le musée des Arts décoratifs propose un accrochage de dix-sept œuvres autour des « Marques de collections ». En écho aux travaux érudits d’identification desdites marques conduits par Frederik Lugt (1884-1970) qui aboutissent à un opus magnum publié de 1921 à 1956 – il est depuis 2010 mis en ligne par la Fondation Custodia – le département des Arts graphiques expose une sélection qui, bien que fragmentée et fragmentaire, est recevable lorsqu’elle informe sur trois registres :

  • la production diachronique de dessinateurs d’excellence : Vasari (1511-1574), Le Brun (1619-1690) ou Delacroix (1798-1863)
  • le marquage effectué par des collectionneurs célèbres : Peter Lely (1618-1680) ou Joshua Reynolds (1723-1792)
  • les donations faites au musée par des mécènes artistes et esthètes, amateurs et connaisseurs de dessins : Jules Maciet (1846-1911) ou Georges Hoentschel (1855-1915).

Masque de Bacchus, Giulio Romano, XVIe siècle - don Chennevières © Les Arts Décoratifs

 

L’accrochage, conduit en trois mouvements, est introduit par un prologue dédié à l’Ecole italienne du XVIIe siècle, ici incarnée à la manière d’unica par Ottavio Mario Leoni (vers 1787-1963) et Stefano della Bella (1610-1664). Il annonce un premier corpus fondé par Jules Maciet et son « vertige des images » lorsqu’il donne aux Arts décoratifs, aux tournants des années 1880, des feuilles d’exception de l’Ecole italienne du XVIe siècle.

La cimaise centrale est dévolue à Eugène Delacroix et à la vente célèbre de son atelier en 1864 où l’on sait que ses quelque 6000 dessins, précisément, furent marqués du célèbre cachet « ED ». Questionnés a posteriori par l’historien d’art Maurice Serullaz, et d’autres encore étudiant à la loupe le ductus des deux lettres encrées au rouge, ils suscitent réflexions et controverses sur leurs attributions et transferts culturels.

Une dernière stance, balkanisée dans la production des artistes exposés (XVI-XVIIIe siècles) : Giulio Romano (1499-1546), Johan Paul Schor (1615-1674), Charles Le Brun (1619-1690) ou Pierre II Le Gros (1666-1719), fait sens quand apparaissent, en lignes ou en angles, isolées aussi bien qu’en cascade, les marques apposés par les figures expertes aussi renommées que celles de Pierre-Jean Mariette (1694-1774) ou de Philippe de Chennevières (1820-1899).

 

Agnès CALLU

Voir aussi Agnès Callu et Julie Marical :  « Des collectionneurs, des dessins et des marques »